Saison 2015 – 2016 : on vous refait le maillot 28

Maillot domicile 2015-2016
Maillot extérieur 2015-2016
Maillot third 2015-2016
  • Le design du maillot « domicile » se veut résolument sobre avec une base blanche prédominante et quelques touches de bleu ciel (qui fait son retour à la place du bleu un peu plus foncé de la saison dernière) sur les manches et au niveau de la ceinture abdominale.
  • La vraie nouveauté de ce maillot, c’est le logo ! Alors qu’il présentait la saison dernière un logo vintage, celui-ci est totalement inédit puisque le logo classique de l’OM est intégré dans un blason rond d’inspiration « Université US » où est notamment inscrit la mention « Olympique de Marseille 1899 ». Cette nouvelle tenue arbore également un col Mao à boutons afin de lui donner un aspect « lifestyle ».
  • La tenue « extérieur » est principalement noire avec 2 bandes verticales iconiques Bleu Ciel. Les bandes adidas ainsi que le bout des manches est également bleu ciel, ce qui rappelle l’identité de l’Olympique de Marseille.
  • Si le maillot domicile reste donc dans les classiques, on ne peut pas dire la même chose du troisième maillot de l’Olympique de Marseille version 2015 2016.
  • Souvent noir, parfois orange, cette année il sera bleu, et même doublement bleu puisque ce maillot utilisé pour la coupe d’Europe est rayé horizontalement du bleu olympique mais aussi du bleu foncé de la saison actuelle.
  • Le design de ce maillot « third » est, quant à lui, né de la volonté d’ADIDAS et de l’Olympique de Marseille de rappeler le lien fort unissant la ville de Marseille à la Mer Méditerranée, qui borde la cité phocéenne. Ses fines rayures brillantes bleues sur ton bleu traditionnel OM symbolisent l’univers maritime, cher aux supporters marseillais.

La chaîne de magasins de sport « INTRERSPORT » reste le sponsor ventral sur les trois maillots en championnat et en Europa League.

  • L’organisme de paris sportifs sur les courses hippiques « PMU.fr », la banque « Crédit Agricole » la concession « VOLKWAGEN » et l’enseigne de supermarchés « CARREFOUR » sponsorisent les maillots marseillais en coupe de France.
  • La chaîne de magasin de vêtements et d’accessoires de sport « INTERSPORT » reste le sponsor en coupe de la Ligue, « POINT P » vient compléter le mécénat.

  • Championnat D1 : 13ème (48 points, 48 buts pour et 42 contre)
  • Meilleur buteur : André-Pierre GIGNAC 21 buts
  • Plus grosse victoire à domicile : Troyes 6 à 0
  • Plus grosse victoire à l’extérieur : Caen 3 à 1
  • Plus grosse défaite à domicile : Rennes 2 à 5
  • Plus grosse défaite à l’extérieur : Guingamp 0 à 2

Transferts :

Arrivées: Lassana DIARRA (Libre), Yohan PELE (FC Sochaux), Georges -Kevin NKOUDOU (FC Nantes), Karim REKIK (PB) (PSV Eindhoven PB), Abou DIABY (Arsenal ANG), André Zambo ANGUISSA (CAM) (Stade de Reims), ROLANDO (POR) (FC Porto POR), Javier MANQUILLO (ESP) (Atlético Madrid ESP prêt), Rémy CABELLA (Newcastle ANG prêt), Lucas SILVA (BRE) (Real Madrid ESP prêt), Mauricio ISLA (CHI) (Juventus Turin ITA prêt), Paolo DE CEGLIE (ITA) (Juventus Turin ITA prêt), Mattheus DORIA (BRE) (Sao Paulo BRE retour de prêt), Modou SOUGOU (SEN) (Evian Thonon Gaillard retour de prêt), Laurent ABERGEL (AC Ajaccio retour de prêt), Steven FLETCHER (ECO) (Sunderland ANG prêt en février 2016).

Départs : Dimitri PAYET ( West Ham United ANG), Jérémy MOREL (MAD) (Olympique Lyonnais), Wesley JOBELLO (Clermont Foot), Giannelli IMBULA (CON) (FC Porto POR), André-Pierre GIGNAC (UANL Tigres MEX), Rod FANNI (Al Arabi QAT), Julien FABRI (FC Bourg Peronnas), André AYEW (GHA) (Swansea City GAL), Modou SOUGOU (SEN) (Sheffield Wednesday ANG), Florian THAUVIN (Newcastle United ANG), Baptiste ALOE (Valenciennes FC), Mario LEMINA (GAB) (Juventus Turin ITA), Brice SAMBA (AS Nancy prêt), Bill TUILOMA (NZ) (RC Strasbourg prêt), Mattheus DORIA (BRE) (Granada CF ESP prêt), Gael ANDONIAN (ARM) (Dijon FCO prêt en octobre 2015).

Effectif :

Gardiens :

  • 16 : Yohan PELE 32ans
  • 30 : Steve MANDANDA 30ans
  • Défenseurs :
  • 2 : Javier MANQUILLO (ESP) 21ans
  • 3 : Nicolas N’KOULOU (CAM) 25ans
  • 4 : Karim REKIK (PB) 20ans
  • 5 : Stéphane SPARAGNA 20ans
  • 6: Jorge ROLANDO (POR) 30ans
  • 12 : Gael ANDONIAN (ARM) 20ans
  • 15 : Stéphane SPARAGNA 20ans
  • 23 : Benjamin MENDY 21ans
  • 25 : Paolo DE CEGLIE (ITA) 28ans
  • 26 : Brice DJA DJEDJE (IVO) 24ans
  • Milieux :
  • 5: Abou DIABY 29ans
  • 8 : Lucas SILVA (BRE) 22ans
  • 10 : Lassana DIARRA 30ans
  • 11 : Romain ALESSANDRINI 26ans
  • 13 : Rémy CABELLA 25ans
  • 18 : Mauricio ISLA (CHI) 27ans
  • 19 : Abdelaziz BARRADA (MAR) 26ans
  • 20 : Alaixys ROMAO (TOG) 31ans
  • 27 : Maxime LOPEZ 17ans
  • 29 André Zambo ANGUISSA (CAM) 20ans
  • Attaquants :
  • 7 : Lucas OCAMPOS (ARG) 21ans
  • 9 : Steven FLETCHER (ECO) 28ans
  • 14 : George-Kevin N’KOUDOU 20ans
  • 17 : Bouna SARR 23ans
  • 22 : Michi BATSHUAYI (BEL) 21ans
  • 24 : Florian THAUVIN 22ans
  • 28 : Antoine RABILLARD 20ans
  • 33 : Billal OMRANI 22ans
  • 37 : Mamad MOUHAMMADOU (CAM) 20ans
  • 38 : Jérémy PORSAN-CLEMENTE 17ans

Cette année-là :

  • Après de départ d’André-Pierre GIGNAC pour le MEXIQUE, son remplaçant Michi BATSHUAYI reprend le flambeau et finit meilleur buteur de l’OM et quatrième du championnat de ligue 1 avec 17 buts à égalité avec l’ancien olympien de Nice Hatem BEN ARFA et Wissan BEN YEDDER du Toulouse FC, à 21 buts du suedois du Paris SG Zlatan IBRAHIMOVICpremier du classement avec 38 buts.
  • Les meilleurs passeurs de l’OM sont Michi BAYSHUAYI et Abdelaziz BARRADA avec 6 passes décisives à égalité avec les niçois Valère GERMAIN et Hatem BENARFA, les parisiens Blaise MATUIDI et l’argentin Javier PASTORE, le sénégalais de Montpellier Souleymane CAMARA, le lyonnais Corentin TOLISSO, le guigampais Yannis SALIBUR, le caennais Julie FERET et l’angevin Thomas MANGANI. Le meilleur passeur du championnat est l’argentin du Qatar Saint Germain, Angel DI MARIA avec 18 unités.
  • Finaliste de la coupe de France, défait par Qatar SG 2 à 4.
  • Quart de finaliste de la coupe de la Ligue, défait à Toulouse 1 à 2.
  • 16ème de finaliste de l’Europa League (4 victoires et 2 défaites), défait par l’Athletic BILBAO (ESP) (0 à 1 et 1 à 1).
  • Quelques minutes après la défaite (0-1) inaugurale de la formation phocéenne contre Caen, lors de la 1re journée de Ligue 1, « El Loco » (« le Fou ») s’est plié à une très classique séance de questions-réponses, commentant le revers de ses protégés dans l’auditorium du Vélodrome. Puis, le natif de Rosario a indiqué devant un auditoire médusé qu’il quittait ses fonctions. Lui qui avait déclaré, quarante-huit heures plus tôt, avoir trouvé un « accord » sur les termes d’une prolongation de contrat jusqu’à l’horizon 2017 avec son président Vincent LABRUNE. « Mais le document n’a pas encore été signé », avait-il précisé.
  • Pour justifier sa décision « définitive », le sexagénaire a pointé un désaccord « d’ordre privé » avec la direction du club olympien. « Nous avions trouvé un accord sans faille, et clairement, il n’y avait plus rien à revoir, a détaillé Marcelo BIELSA. Puis, le club, à travers deux personnes [le directeur général Philippe PEREZ et Igor LEVIN, l’avocat de Margarita LOUIS-DREYFUS, propriétaire de l’OM], m’a communiqué qu’il voulait changer des points. »
  • Organisée mercredi 5 août, cette réunion s’était tenue en l’absence de Vincent LABRUNE, qui selon le coach démissionnaire avait « autorité » sur son administration, et donc sur ce revirement. Dans la nuit qui a suivi, l’ex-sélectionneur argentin (1998-2004) a donc rédigé une lettre à M. LABRUNE pour l’informer de son départ. Cette missive a été remise à l’intéressé après la défaite de l’OM. Elle a été lue aux médias lors de cette conférence de presse d’anthologie par le traducteur de BIELSA.
  • « Comme vous le savez, j’ai refusé plusieurs offres importantes parce que je voulais rester à Marseille, y développe l’ex-entraîneur de l’Athletic Bilbao (2011-2013). Je ne le regrette pas, car je l’ai fait avec beaucoup d’enthousiasme et j’étais très attiré par ce projet. Je me suis adapté aux variations constantes du plan sportif, mais après trois mois de discussion et à deux jours du début de la compétition officielle, je ne peux pas accepter la situation d’instabilité qu’ils ont générée en voulant changer le contrat. Ma position est donc de ne pas continuer de travailler avec vous, elle est définitive. Le travail en commun exige un minimum de confiance que nous n’avons plus»
  • « BIELSA n’a jamais aimé LABRUNE »
  • Jeudi 6 août, Marcelo BIELSA avait pourtant loué le travail réalisé par son président lors du mercato estival et les décisions « consensuelles » prises en amont du recrutement de joueurs comme les internationaux français Lassana DIARRA ou Abou DIABY. Ce jour-là, on apprenait que son bras droit, le préparateur physique belge Jan VAN WINCKEL, venait de prendre la porte pour des raisons inconnues.
  • Après l’annonce de son entraîneur, Vincent LABRUNE s’est dit « évidemment, comme tous les supporteurs de l’OM, abasourdi par la décision brutale de Marcelo BIELSA ». « Nous avions tous deux trouvé depuis plusieurs semaines un accord pour la prolongation de son contrat », a réagi l’homme de confiance de Margarita LOUIS-DREYFUS. Celui qui dirige l’OM depuis 2011 se retrouve désormais en première ligne. « Le départ de BIELSA, c’est l’échec de LABRUNE, qui va maintenant jouer les vierges effarouchées, glisse un connaisseur des arcanes de l’OM. C’est lui qui s’est auto-congratulé de l’avoir fait venir. Il n’a plus de fusible maintenant. »
  • Vincent LABRUNE avait déjà essuyé les critiques publiques de son coach, en septembre 2014. Fraîchement arrivé sur la Canebière, l’ex-sélectionneur du Chili (2007-2011) avait reproché à son patron de n’avoir pas tenu ses engagements en matière de transferts. « Aucun joueur n’est arrivé sur ma décision. J’ai proposé douze options et aucune ne s’est concrétisée », avait-il soupiré. Vincent LABRUNE n’avait alors pas bronché. Quinze jours et deux victoires plus tard, BIELSA assurait n’être sous contrat que pour un an avec Marseille au lieu de deux comme initialement annoncé. « BIELSA n’a jamais aimé LABRUNE, assure un proche du club. Il l’a toujours catalogué comme un menteur patenté. »
  • « Coup de massue »
  • Le départ inattendu de BIELSA plonge désormais les supporteurs marseillais dans un profond désarroi. « BIELSA a contribué à stabiliser les abonnements [32 000], qui chutaient, assurait au Monde, en novembre 2014, Christian CATALDO, président de l’association des Dodgers. On est tous derrière lui. Il est très populaire. Les projecteurs sont braqués sur lui. Il s’est donné un rôle mais il est loin d’être loco. C’est même un intellectuel. Avec le coup de la glacière, il joue très bien son personnage. Si, cette année, l’OM est champion face au PSG, grâce à sa régularité, ce serait l’un des plus grands exploits du club. Les responsables de groupes de supporteurs aimeraient rencontrer BIELSA pour lui dire qu’on est à fond derrière lui. Mais c’est un homme qui a besoin d’être dans son monde, dans sa bulle. »
  • La démission de cet insondable stakhanoviste, obnubilé par les séances vidéos, a provoqué un séisme au sein du vestiaire marseillais. Capitaine et gardien de l’OM depuis 2007, l’international français Steve MANDANDA a parlé de « coup de massue » au micro de Canal+. « S’il y a une “star” dans l’équipe, c’est le coach, confiait le portier au Monde, en avril. C’est lui qui prend tout. Quelque part, cela nous fait aussi du bien car on est moins mis en lumière et c’est plus ­facile pour l’ensemble du groupe. C’est une personne qui aime et connaît ses joueurs, qui donne le maximum pour eux. Ça, on ne peut pas lui retirer. Ce serait bien qu’il reste. Les supporteurs méritent de voir du beau jeu, de voir l’OM en haut du classement. »
  • Les méthodes dirigistes de Marcelo BIELSA avaient dans un premier temps porté leurs fruits la saison dernière. S’il avait terminé à la quatrième place du classement, l’Argentin avait égalé, à l’automne 2014, le record de huit victoires consécutives de son prédécesseur Rolland COURBIS, enregistré lors de la saison 1998-1999.
  • « S’ils n’ont pas tenu leurs promesses, ils n’ont aucune chance de retenir Marcelo »
  • Pour de nombreux observateurs, la démission de BIELSA était prévisible. La plupart d’entre eux le dépeignent volontiers comme un salarié « ingérable ». L’ombrageux technicien n’avait-il pas déjà claqué la porte de l’Atlas Guadalajara, au Mexique, en 1995 ? Il venait alors de se disputer avec son préparateur physique. Ne s’était-il pas mis à dos la direction de l’Athletic Bilbao après son accrochage avec le maître d’œuvre de la rénovation des infrastructures du club, coupable à ses yeux de ne pas avoir tenu les délais ? En 2011, l’Argentin avait quitté ses fonctions à la tête de la sélection chilienne à la suite du départ du président de sa fédération, Harold MAYNE-NICHOLLS. « S’ils promettent et qu’ils n’ont pas tenu leurs promesses, ils n’ont aucune chance de retenir Marcelo », glisse au Monde un ancien compagnon de route de BIELSA.
  • Le 8 août 2015, BIELSA annonce officiellement sa démission (bilan de 0 victoire, 0 nul et 1 défaite).
  • Malgré des tentatives du président LABRUNE, EL LOCO ne revient pas sur sa décision.
  • Franck PASSI alors entraîneur adjoint est nommé entraîneur principal par intérim de l’Olympique de Marseille par Vincent LABRUNE.
  • Il prend place pour la première fois sur le banc de l’OM en tant qu’entraîneur principal lors d’un déplacement au Stade de Reims (défaite 1-0) le 16 août 2015 (bilan de 0 victoire, 0 nul et 1 défaite).
  • A l’issue de la défaite à Reims PASSI arrête son intérim, il est remplacé par l’ancien gloire ibérique MICHEL, le 19 août 2015.
  • À la suite de l’arrivée de l’entraîneur espagnol, il retrouve son rôle d’entraîneur adjoint.
  • José Miguel González Martín del Campo, surnommé MICHEL signe un contrat de deux ans avec l’Olympique de Marseille. Il remporte son premier match sur le score de six buts à zéro contre l’ES Troyes au Stade Vélodrome et permet à l’OM de remporter son premier match de la saison après deux défaites. La suite de la saison est bien plus compliquée, le club connait une importante disette à domicile en championnat, n’ayant remporté que deux matchs dans son antre.
  • Lors de la trêve hivernale, Marseille est dixième de Ligue 1 et l’apport technique de MICHEL est remis en cause, son équipe offrant peu de spectacle, apparaissant désorganisée offensivement et faible défensivement, sans dégager d’identité de jeu spécifique. Malgré une qualification en demi-finales de Coupe de France, le mois de mars est particulièrement pénible, son équipe enchaînant 3 matchs nuls puis un lourd revers cinq buts à deux à domicile face au stade rennais.
  • La trêve internationale ne lui permet pas de trouver de solutions, l’OM s’inclinant à Furiani début avril, MICHEL est exfiltré directement après le match vers Zürich où une réunion doit se tenir entre lui, Vincent LABRUNE, Margarita LOUIS-DREYFUS, Igor LEVIN et Franck PASSI. Au terme de celle-ci, il est maintenu dans ses fonctions jusqu’au terme de la saison par la propriétaire du club alors qu’il est à six points de la zone de relégation.
  • Deux semaines plus tard, le 19 avril 2016, au surlendemain d’une nouvelle défaite à Monaco, il est démis de ses fonctions (bilan de 8 victoires, 10 nuls et 8 défaites)
  • Franck PASSI est de nouveau nommé entraîneur du club jusqu’au terme de la saison. Il est alors secondé par Basile BOLI, nommé coordinateur sportif. Le lendemain de sa nomination, il qualifie le club pour la finale de la Coupe de France à la suite d’un succès un but à zéro face au FC Sochaux. Lors de la finale, son équipe s’incline quatre buts à deux face au Paris SG (bilan championnat 2 victoires, 2 nuls et 0 défaites).

L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat… Allez l’OM…

cirillao do massilia

Publié par cirillaodomassilia

48 ans, gardois et supporter de l'OM depuis 1986... 34 ans d'amour et de dévotion, de joies et de peines... Marseillais un jour, marseillais toujours... L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat… Allez L’OM...

8 commentaires sur « Saison 2015 – 2016 : on vous refait le maillot 28 »

    1. Putaing le bielsa nous l’a mis à l’envers…
      Même l’autre burne de président la pris pour un jambon, El loco n’aurait pas du nous abandonner…
      La pilule n’est toujours pas passée pour ma part…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :