You can’t stop me now

Le temps suspendu. Un instant caressé par la grâce, et le monde s’arrête. La Terre ne tourne plus. Le cœur se repose, et les pieds, soudain, semblent s’éloigner du plancher et défier les lois de la gravité. L’extase est en flottement. Un instant de légèreté qui emporte les âmes et les corps dans une danseLire la suite « You can’t stop me now »

Quand Parry rencontre Salit

C’est une scène que nous avons tous vu. Cela se passe dans un restaurant, quelque part en Ile-de-France. Au milieu d’hommes d’affaires, d’intermédiaires et d’élus de la République, un président d’un club de football du bassin parisien, que nous appellerons N., dejeune avec un membre de la brigade financière. -Je gombrends pas, dit le président,Lire la suite « Quand Parry rencontre Salit »

Ronge yeah !

Je dois vous faire une confidence: je n’ai pas toujours apprécié Valentin Rongier. Quand il a signé chez nous, au terme d’une mascarade de négociations dont certains ont le secret, je n’étais pas très emballé, et trouvais ce joueur cher pour ce que c’était. Ses deux premières saisons m’ont d’ailleurs conforté dans mon idée: RongierLire la suite « Ronge yeah ! »

Ghost Dogues

Au suivant, au suivant… Quel bonheur de se réveiller apres une nouvelle victoire, et de contempler ce magnifique début de championnat. Sur le plan comptable, c’est inespéré, surtout en repensant à tous les changements opérés durant l’intersaison. 6 victoires et un nul en 7 journées, performance historique selon Opta. Ce matin, il y a desLire la suite « Ghost Dogues »

God save Babeth

A l’heure où le monde entier est en Stephane berne, un blog aussi sérieux et généraliste que le notre ne pouvait ignorer la portée historique de l’événement. Toute l’équipe multinationale de l’Omalapero se joint à moi et au concert international philharmonique de pleurs pour prier les sujets de sa majesté, son fils le nouveau roiLire la suite « God save Babeth »

I walk the line

L’Europe, c’est nous ! C’est notre histoire, notre culture, et notre ambition. C’est notre musique et notre rendez-vous. C’est notre empreinte, notre héritage; notre passion, notre amour fou. L’Europe, c’est notre maison, et notre nid de coucou. L’Europe, c’est nous ! C’est notre sommet, et notre saut sans parachute. C’est notre reflet, et notre placeLire la suite « I walk the line »

C’est pour pas gâcher

« L’important, c’est les trois points ». « Il n’y a plus de saisons, que voulez-vous! » « Mon pauvre ami, j’allais justement vous appeler. » « Excusez moi, mais je suis devant vous! » « Tout va très vite dans le football ! » Tout va très vite dans le football, et la dernière fois que nous sommes entrés dans la baie des champs,Lire la suite « C’est pour pas gâcher »

Dans la tête de John Peter River

L’instant footix, épisode 3 J’espère qu’elle ne viendra pas. Franchement, je vais essayer de partir en douce pour qu’elle ne m’accompagne pas. Elle  m’a déjà foutu la honte l’année dernière à draguer le Pablito devant les potes, je ne m’en remettrais pas si elle récidivait.. . Heureusement que le match est à 15h, et qu’ilsLire la suite « Dans la tête de John Peter River »

Ronaldo OM

L’instant footix, épisode 2 Ronaldo va signer à l’OM ! Ce n’est pas une information, c’est une prière, une incantation. « Ronaldooommmmmmm ». Au nom du club, de la Champion’s league, et du Saint Pablo. Il ne resterait plus que quelques détails à régler: convaincre le joueur, son agent sale, et espérer qu’ils nous rappellent… Comment faireLire la suite « Ronaldo OM »

Usual Suspects

L’instant footix, épisode 1 C’est un film que nous avons tous vu. Un cargo, quai de la Joliette. Un massacre. Des centaines de cadavres de bières, de bouteilles, et de verres de shooters éclatés…. Paul Lirola se retrouve au commissariat de Noailles, en salle d’interrogatoire. Pendant que le commissaire Longoria discute avec un figurant, queLire la suite « Usual Suspects »

Pablo, et la poule-au-pot

En arrivant à la Commanderie ce vendredi, et en attendant la signature de Chancel Mbamba, Pablo Longoria a le sourire, et chantonne du Léo Ferré: « L’été, comme un enfant, s’est installé sur mon dos, et c’est très lourd à porter un enfant tout un été sans cigale, avec des hiboux ensoleillés… Comme les enfants duLire la suite « Pablo, et la poule-au-pot »

Mon enfant nue sur les galets

Nous ne savons pas ce que le passé nous réserve, et l’avenir ne reviendra pas. Mélancolie du temps qui passe, nostalgie de notre jeunesse, autant d’images d’Épinal que d’images panini. Je suis parfois comme Boris Vian, dans « La complainte du progrès »: ah, ballon, « excuse toi, ou je reprend tout ça! » Mais était-ce mieux avant, leLire la suite « Mon enfant nue sur les galets »