Christ Chiant G., sa vie, son oeuvre, son yoyo

Foot : Lorient gagne parce que Christian Gourcuff se fiche du résultat

Suiveurs, Suiveuses,

Parlons en ce samedi ceint, jour de match, de l’entraîneur adverse, Christian Gourcuff.

Né un début de printemps finistérien (l’hiver pour les gens normaux), en l’an de grâce 1955 après J.C., je découvre très tôt les joies (ça me caractérise, je suis joyeux) du ballon rond, et je suis non moins vite repéré par un certain Prouff (Prout selon l’état civil, qu’est-ce qu’on se marre). A 17 printemps (hivers), je gagne même la Gambardella avec un pote tout aussi rigolard que moi, Jean-Luc Arribart (ça rime avec rigolard). Je prends le temps au passage, car j’aime trop la déconne, d’obtenir mon CAPES de maths.

Mais jouer et mathématiser, c’est bien, entraîner et diriger, c’est mieux.

Je prends rapidement en main la destinée du FC Lorient, et sous l’impulsion de Prout (et d’Arriba-Arribas), je prône le jeu offensif et la manière, qui ne seraient pas au détriment du résultat. Je suis un passionné, un esthète (de con, ah ah ah, suis-je hilarant), un prêcheur aussi : en fait, je prône et prêche bien plus que je n’applique, faut pas déconner (pas tout le temps). Mon équipe comme mon club resteront médiocres en jeu ET en résultats (carton plein comme on dit chez Déménageurs Bretons) mais, comme je suis le meilleur clown triste de ma génération, je continue à pérorer, discourir, théoriser sur ce que doit être le football. Je n’aime pas les journalistes ; ils ne comprennent pas mon génie.

Dans le privé, je suis parfait, un modèle, exemplaire. Je vais à confesse (j’adore ce mot), je fornique Maman uniquement les jours saints et le samedi soir après Champs-Elysées, et je donne naissance à Yoyo, fragile et beau, comme Pinocchio. Ce côté Geppetto du grand-ouest, je le cultive encore aujourd’hui, malgré une diction et une posture proches du pantin désarticulé. Pourtant, jamais une goutte d’alcool après la troisième bouteille.

Et pour parachever mon oeuvre, et surtout mon discours, point de 4-4-2.

Je préfère cracher sur la mémoire d’un mort. Le réduire au néant où il est déjà. C’est l’apanage des médiocres : quand ils ont mal aux yeux, ils insultent le soleil.

https://www.sofoot.com/IMG/joueurs/christian-gourcuff-4174.jpg

Pisse & Love de… a999

Publié par anakin999

Caillolais (Marseillais de l'Est), 45 au compteur, papa, fan de l'OM et locataire du Vél depuis toujours. Oscille ses émois entre Tigana et Canto, les fils du village. Rédacteur inspiré des deux mamelles de la vie : l'OM et les mamelles (de la vie).

6 commentaires sur « Christ Chiant G., sa vie, son oeuvre, son yoyo »

  1. On peut discuter sur le personnage Gourcuff et sur sa sortie sur Diego. Le timing n’était pas bon et très franchement son avis on s’en fout. Après considérer que Maradona n’est pas un modèle pour la jeunesse pourquoi pas mais on pourrait en dire autant d’un Zidane pour d’autres raisons. Ou de n’importe quel joueur de foot, sportif, acteur, chanteur, animateur TV… L’humanité a de ça de particulier qu’elle est faillible et imparfaite.

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis fana de Armando… Et je suis triste de sa mort surtout ce qu’il était devenu… Mais un génie reste et restera un génie qu’elle que soit sa déchéance…
    Diego Armando Maradona à jamais le meilleur… 😍😍😍

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :