Saison 1990 – 1991 : On vous refait le maillot 5

Amis supporters,

Depuis la création du football, le maillot est devenu au même titre que le ballon, un accessoire majeur du pratiquant et même du supporter lambda.

Pour un supporter, revêtir le maillot de son équipe fétiche démontre une appartenance et une totale dévotion à son club chéri.

Il le porte fièrement et assume entièrement son fanatisme auprès du grand public.

Le maillot représente son club, son histoire, sa ville, sa région, son passé, des souvenirs, des moments partagés en famille ou entre amis.

Combien sommes-nous à conserver ces maillots devenus trop petits et usés, mais dont l’on ne se débarrasserait pour rien au monde ?

De la conservation à la collection il n’y a qu’un pas que beaucoup d’entre nous ont franchi.

Cette rubrique va vous dévoiler de nombreux maillots de notre équipe favorite depuis 1971.

Toutes les tuniques présentées font partie de ma collection personnelle avec plus de 130 maillots (matchs et training)

Maillot 1990 – 1991 domicile.

Maillot 1990 – 1991 extérieur.

Maillot 1990 – 1991 entrainement.

  • Pour ce maillot c’est le retour aux couleurs olympiennes d’origine le blanc et le bleu ciel.
  • Le modèle est le même que la saison précédente 1989 – 1990.
  • Le logo « OM » et la fleur « ADIDAS » reste inchangés sur la poitrine.
  • La radio local RMC (en championnat) et « FRANCE LOTO » (en coupe d’Europe des clubs champions) laissent place à la société électronique japonaise « PANASONIC » en sponsor exclusif pour les deux événements majeurs.
  • Championnat D1 : 1er (55 points, 67 buts pour et 28 contre)
  • Meilleur buteur : Jean-Pierre PAPIN avec 23 buts
  • Plus grosse victoire à domicile : Lyon 7 à 0
  • Plus grosse victoire à l’extérieur : Monaco 3 à 1
  • Plus grosse défaite à domicile : Cannes 0 à 1
  • Plus grosse défaite à l’extérieur : Auxerre 0 à 4

Transferts :

Arrivées: Basile BOLI (AJ Auxerre), William AYACHE (OGN Nice), Alain CASANOVA (Le Havre AC), Bertrand REUZEAU (Stade Laval), Eric LADA (FC Sochaux), Bernard PARDO (Girondins Bordeaux), Pascal OLMETA (RC Paris), Laurent FOURNIER (AS St Etienne), Bernard CASONI (SC Toulon), Dragan STOJKOVIC (SER ex YOU) (Etoile Rouge Belgrade SER ex YOU), Eric CANTONA (Montpellier HSC retour de prêt), Abedi AYEW PELE (Lille OSC retour de prêt).

Départs : Enzo FRANCESCOLI (URU) (Cagliari Calcio ITA), Alain ROCHE (AJ Auxerre), Pascal ROUSSEAU (Stade Reims), Benoit CAUET (SM Caen), Philippe THYS (SC Toulon), Guillaume WARMUZ (Louhans Cuiseaux), Abdoulaye DIALLO (SEN) (SC Bastia), André BASILE (FC Istres), Jean-Claude DURAND (FC Istres), Franck SAUZEE (AS Monaco prêt), Didier DESCHAMPS (Girondins Bordeaux prêt).

Effectif :

  • Gardiens :
  • Alain CASANOVA 29ans
  • Jean CASTANEDA 34ans
  • Gaétan HUARD 29ans
  • Pascal OLMETA 30ans
  • Défenseurs :
  • Manu AMOROS 28ans
  • William AYACHE 29ans
  • Basile BOLI 23ans
  • Jean-Christophe CANO 22ans
  • Bernard CASONI 28ans
  • Éric DI MECO 26ans
  • Carlos MOZER (BRE) 29ans
  • Eric MURA 27ans
  • Moise REGINA 20ans
  • Bertrand REUZEAU 24ans
  • Milieux :
  • Adeli Pelé AYEW (GHA) 27ans
  • Laurent FOURNIER 25ans
  • Bruno GERMAIN 30ans
  • Bernard PARDO 29ans
  • Dragan STOJKOVIC (SER ex YOU) 25ans
  • Jean TIGANA 35ans
  • Philippe VERCRUYSSE 28ans
  • Attaquants :
  • Eric CANTONA 24ans
  • Eric LADA 24ans
  • Jean-Pierre PAPIN 26ans
  • Chris WADDLE (ANG) 29ans

Cette année-là :

  • PAPIN finit meilleur buteur du championnat de D1 avec 23 buts, devançant de 7 unités Kalman KOVACS (AJ Auxerre)et de 9 Laurent BLANC (Montpellier HSC), couplé au titre de meilleur buteur de la coupe d’Europe des champions avec 6 buts.
  • Fait assez exceptionnel, cette saison trois entraîneurs dirigerons à tour de rôle l’équipe :
  • – Gérard GILI (après 7 victoires et 2 nuls) jusqu’au 6 septembre 1990,
  • – puis Franz BECKENBAUER (fraîchement champion du Monde 90 avec l’Allemagne) jusqu’au 23 décembre 1990 (mais finira la saison comme Directeur Sportif),
  • – et enfin Raymond GOETHALS (qui restera sur le banc 2 an et demi pour un incroyable bilan de 57 victoires, 25 nuls et 10 défaites en 92 matchs).
  • De janvier 1991 à juin 1991, Raymond la science présentera un bilan de 8 victoires, 8 nuls et 1 défaite en championnat et de 3 victoires et 2 nuls en coupe d’Europe des champions.
  • Finaliste malheureux de la coupe de France, défait par l’AS Monaco 1 à 0
  • Finaliste malheureux de la coupe des clubs champions, défait par l’Étoile Rouge de Belgrade (ex YOU) 0 à 0 et 5 tab à 3.

Témoignage de anakin999…


« 29 mai 1991.
Bientôt les grandes vacances, je suis en Seconde. Je drague beaucoup.
Et ce soir-là, on est invités, 3 potes et moi, chez Béatrice P., grosse poitrine et père ivrogne, amoureuse de moi mais un peu trop tendre pour que j’aille plus loin. Elle nous a invité chez elle voir la Finale de l’OM. La première de l’ère Tapie.
Elle est tchèque Béa, elle m’apprend qu’on ne dit pas Dvorak, mais Dvoltchak. Elle s’en fout de l’OM mais elle ne s’en fout pas de moi.
Le reste de ma bande de potos a pu accompagner les groupes à Bari. Les veinards. Les encuuuuléééés ahhhhh. Nous on squatte chez Béa. On est super confiants, on va les décrocher les étoiles rouges de Belgrade. les post-cocos mal dégrossis. Ok, y z’ont Savicevic, mais nous on a passé le Grand Milan, pulvérisé le Spartak pourtant tombeur du Real, et on imagine rien d’autre que la coupe à la maison. Sans déconner, on peut même se permettre de laisser sur le banc Pixie (mon joueur favori à l’époque), pour juste faire la parade à la fin.
On fait des paris, 3-0, 3-1, au pire. On connait la suite, on connait les larmes.
Et parlant de larmes, ce dont je me souviens, de ce 29 mai, c’est mon copain Tom, un dur, un vrai, qui a fait mille fois le coup de poing, qui avait eu une fracture ouverte, qui pouvait poursuivre une partie d’échec sur une semaine, que je n’avais jamais vu pleurer de toute ma vie.
Et ce soir-là, dans la lumière déclinante de Bari, après cette séance de pénos insoutenable, et une fois la défaite abattue sur nos épaules : Tom pleurait. »

Témoignage de cirillao do massilia…


« Quand l’on parle de l’OM 1990 1991, il vient immédiatement à l’esprit la finale (la première) perdue contre l’Etoile Rouge de Belgrade aux tirs au buts… La frappe non cadré de JPP qui aurait changé le cours du match, les perpétuelles vagues offensives marseillaises venant s’écraser sur les rochers défensifs yougoslaves, le non match de Belgrade, l’absence de sur-motivation de nos troupes, le penalty raté de Monsieur Amoros, les larmes de Boli…
Bien plus que cette défaite, ce qui m’avait le plus impressionné et marqué c’était surtout le chemin parcouru pour arriver à Bari…
16eme de finale de la feu coupe des clubs champions, un rapide galop d’échauffement contre les albanais du dynamo Tirana 5 à 1 et 0 à 0…
8eme de finale se présentent les polonais du Lech Poznan, surprenante défaite 2 à 3 puis festival offensif 6 à 1 au Vel’ avec un Philippe VERCRUYSSE (c’était mon chouchou, beau gosse avec une technique d’orfèvre) on fire…
Quart de finale contre le grand, l’immense, le tenant du tire, le Milan AC par qui tout le monde pensait qu’il allait nous punir…
Que neni, après un match nul mérite a San Siro 1 a 1, le retour restera dans les annales…
Dans la pénombre d’un projecteur faisant des siennes, Chris Magic Waddle d’une reprise du pied droit (son pied bot) envoie son club et tout le peuple marseillais à une seconde demi finale de suite…
Demi finale contre le Spartak Moscou, tombeur de Napoli et du Réal Madrid les tours précédents…
Devant 103 000 spectateurs, Marseille réussit un match parfait et abouti et gagné 3 a 1.
Au retour, l’OM confirmera sans trembler 2 à 1…
Enfin la finale, contre le Crvena Zvezda (en slave pour les puristes) emmené par leur génération dorée, les Belodedici, Mihajlovic, Jugovic, Prosinecki, Savisevic, Penev…
Malgré leurs techniques légendaires, les yougoslaves adoptent une défense basse et compacte, laissant le jeu aux blanc et bleu… Nous connaissons la suite…
L’OM version 1990 1991 était sans nulle doute l’équipe qui aurait dû être la première équipe
marseillaise à soulever la coupe aux grandes oreilles…
Une blessure, une plaie qui ne se sera jamais refermé…
30 ans après ces souvenirs me hantent toujours et rendent toujours autant malade… »

L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat… Allez l’OM…

cirillao do massilia

Grand merci à « Anakin999 » pour sa troublante et intime participation…

Grand merci à « Guigs la mangouste » pour les images tirées d’affiches authentiques de la presse quotidienne « LE MERIDIONAL »…

Publié par cirillaodomassilia

48 ans, gardois et supporter de l'OM depuis 1986... 34 ans d'amour et de dévotion, de joies et de peines... Marseillais un jour, marseillais toujours... L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat… Allez L’OM...

4 commentaires sur « Saison 1990 – 1991 : On vous refait le maillot 5 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :