Saison 1991 – 1992 : On vous refait le maillot 6

Amis supporters,

Depuis la création du football, le maillot est devenu au même titre que le ballon, un accessoire majeur du pratiquant et même du supporter lambda.

Pour un supporter, revêtir le maillot de son équipe fétiche démontre une appartenance et une totale dévotion à son club chéri.

Il le porte fièrement et assume entièrement son fanatisme auprès du grand public.

Le maillot représente son club, son histoire, sa ville, sa région, son passé, des souvenirs, des moments partagés en famille ou entre amis.

Combien sommes-nous à conserver ces maillots devenus trop petits et usés, mais dont l’on ne se débarrasserait pour rien au monde ?

De la conservation à la collection il n’y a qu’un pas que beaucoup d’entre nous ont franchi.

Cette rubrique va vous dévoiler de nombreux maillots de notre équipe favorite depuis 1971.

Toutes les tuniques présentées font partie de ma collection personnelle avec plus de 130 maillots (matchs et training)

Maillot domicile 1991 – 1992
Maillot entrainement 1991 – 1992
  • Ce maillot sonne le début des coupes dites larges.
  • Cette nouvelle gamme de chez « ADIDAS », avec les trois bandes sur l’épaule droite, équipe deux autres grands clubs de l’époque : le Bayern de Munich et le Liverpool FC…
  • Le logo « OM » et la fleur « ADIDAS » restent inchangés sur la poitrine.
  • La société électronique japonaise « PANASONIC » reste en sponsor exclusif pour le championnat de ligue 1 et pour la coupe d’Europe (dernière édition dans ce format-là).

  • Championnat D1 : 1er (58 points, 67 buts pour et 21 contre)
  • Meilleur buteur : Jean-Pierre PAPIN avec 27 buts
  • Plus grosse victoire à domicile : Caen 5 à 0
  • Plus grosse victoire à l’extérieur : Monaco 3 à 0
  • Plus grosse défaite à domicile : Toulon 0 à 1
  • Plus grosse défaite à l’extérieur : Lens 1 à 2

Transferts :

Arrivées : Jocelyn ANGLOMA (Paris SG), Trévor STEVENS (ANG) (Glasgow Rangers ECO), Alen BOKSIC (CRO) (Hajduk Split CRO), Leonardo RODRIGUEZ (ARG) (San Lorenzo ARG), Jean-Philippe DURAND (Girondins Bordeaux), Alen BOKSIC (Hajduk Split CRO), Daniel XUEREB (Montpellier HSC), Pascal BAILLS (Montpellier HSC), Patrice EYRAUD (Toulouse FC retour de prêt), Didier DESCHAMPS (Girondins Bordeaux retour de prêt), Franck SAUZEE (AS Monaco retour de prêt).

Départs : Eric CANTONA (Nîmes O.), William AYACHE (Nîmes O.), Philippe VERCRUYSSE (Nîmes O.), Laurent FOURNIER (Paris SG), Bruno GERMAIN (Paris SG), Bernard PARDO (Paris SG), Gaetan HUARD (Girondins Bordeaux), Eric MURA (RC Strasbourg), Jean CASTANEDA (Fin de carrière), Jean TIGANA (Fin de carrière), Dragan STOJKOVIC (SER) (Hellas Verona ITA prêt), Leonardo RODRIGUEZ (ARG) (SC Toulon prêt), Alen BOKSIC (AS Cannes prêt).

Effectif :

  • Gardiens :
  • Alain CASANOVA 30ans
  • Pascal OLMETA 30ans
  • Défenseurs :
  • Manu AMOROS 29ans
  • Jocelyn ANGLOMA 26ans
  • Pascal BAILLS 26ans
  • Basile BOLI 24ans
  • Jean-Christophe CANO 23ans
  • Bernard CASONI 29ans
  • Éric DI MECO 27ans
  • Jean-Christophe MARQUET 17ans
  • Carlos MOZER (BRE) 30ans
  • Milieux :
  • Abedi Pelé AYEW (GHA) 28ans
  • Didier DESCHAMPS 22ans
  • Jean-Christophe DURAND 30ans
  • Patrice EYRAUD 23ans
  • Franck SAUZEE 25ans
  • Trévor STEVEN (ANG) 27ans
  • Attaquants :
  • Eric LADA 25ans
  • Marc LIBBRA 19ans
  • Jean-Pierre PAPIN 27ans
  • Chris WADDLE (ANG) 30ans
  • Daniel XUEREB 32ans

Cette année-là :

  • PAPIN finit meilleur buteur du championnat de D1 pour la 5ème année consécutive (un record jamais égalé) avec 27 buts, devançant de 8 unités Carmelo MICCICHE du FC Metz et de 9 Georges WEAH (LIB) de l’AS Monaco, couplé au titre de meilleur buteur de la coupe d’Europe des champions avec 7 buts à égalité avec Sergei YURAN (RUS) du Benfica de Lisbonne (POR), pour la 3ème année consécutive.
  • Cette saison-là, afin de redonner un nouvel élan, le président Bernard TAPIE place le croate Tomislav IVIC à la tête de l’équipe à la place du belge Raymond GOETHALS promu Directeur Technique du club (payant sans doute ses deux défaites en finales de la coupe d’Europe des clubs champions et de la coupe de France).
  • La philosophie de jeu du croate basée sur la défense ne s’accorde pas avec la devise du club.
  • Après seulement quatre mois de compétitions, au soir du 6 novembre 1991, après une défaite au Sparta de Prague sonnant l’élimination prématurée de l’OM de la dernière coupe d’Europe des clubs champions version « éliminations directes », le président remercie Tomislav IVIC au profit de son prédécesseur Raymond « la science ».
  • L’OM remporte le championnat avec 6 points d’avance sur l’AS Monaco et 11 points sur le Paris SG.
  • Demi finaliste de la coupe de France, match annulé suite à la catastrophe de FURIANI.Huitième de finaliste de la coupe des clubs champions, défait par le Sparta de Prague (Ex Tchécoslovaquie) 3 à 2 et 1 à 2.

14ème journée de championnat de division 1, AS St Etienne – OM le 19 octobre 1991.

  • A l’entrée principale du stade Geoffroy GUICHARD, 2000 supporters attendent depuis une heure la sortie du bus des joueurs de l’om.
  • Jean-Pierre PAPIN reçoit à l’arrière de la tête une canette de bière en métal à demi-pleine.
  • Il continue de marcher vers les vestiaires en se tenant le crâne et tombe dans le couloir du stade, sonné comme un boxeur, inerte pendant un quart d’heure.
  • Dans un premier temps Bernard TAPIE demande à ses joueurs de regagner le bus et proférant un : « on ne peut pas jouer dans un tel climat »
  • L’effectif regagne le bus en passant au milieu de la foule stéphanoise déchaînée. Pendant ce temps, PAPIN reprend conscience mais reste immobilisé.
  • Dans un second temps, le président décide finalement de jouer le match.
  • Le commissaire récupère la canette de bière en question pendant que J.P.P. est transporté vers le CH de St Etienne, diagnostic : léger traumatisme crânien.
  • Après une heure et trente minutes en observation, PAPIN retrouvera les membres de son équipe sur le banc.
  • « Oui j’ai eu peur, j’ai eu très peur, on aperçois que la vie ne tient pas à grand chose, une bouteille sur la tête peut suffire à tout finir » dixit la victime.
  • La rencontre se joue donc dans un climat houleux, l’ASSE l’emporte 1 à 0 grâce à un but de Didier THOLOT, mais se voit retirer cette victoire. Le match est finalement rejoué le 29 Janvier 1992, il se termine sur un match nul (1-1), avec une ouverture du score de… J.P.P. à la 12ème et une égalisation stéphanois à la 90ème.

8ème de finale de la coupe des clubs champions, OM – Sparta de Prague (ex TCH) le 23 octobre 1991.

  • Après un cavalier seul de l’OM ponctué par trois buts de WADDLE (34′) et PAPIN (55′ et 59′), L’OM lève le pied et concède deux penalties par BOLI et OLMETA.
  • Bien que l’équipe ait dominé de la tête et des épaules le champion tchèque, le match se termine sur une victoire étriquée 3 à 2.
  • Au match retour, le 06 novembre 1991, Le Sparta de Prague prend le match par le bon bout et enchaîne les occasions franches.
  • 68ème minutes de jeu les tchèques sont récompensés de leur enthousiasme et mène logiquement 2 à 0.
  • Ce n’est pas la réduction du score d’Abedi AYEW PELE (86′) qui changera le cours du match : L’OM est lamentablement éliminé par une équipe tchèque volontaire dès les 8ème de finale.

37ème journée de championnat de division 1, OM – AS Cannes, le 25 avril 1992

  • Avant la rencontre, J.P.P. prend le micro se dirige vers le rond central et d’une voix tremblante annonce son départ pour le Milan AC.
  • Après 70 minutes, d’attaque – défense sur le buts cannois, un centre lointain d’ANGLOMA arrive au second poteau sur la tête de J.P.P. qui en angle fermé ouvre le score. 6 minutes plus tard, PAPIN sera imité par DESCHAMPS, également de la tête sur un centre d’un autre arrière latéral AMOROS (tiens, à cette époque nos latéraux savait centrer…). Beaucoup y ont vu une certaine passation de pouvoir et de brassard entre les futurs anciens et néo-capitaines de l’OM.
  • Le stade Vél’ explose, l’OM est champion pour la 4ème année consécutive, PAPIN finit meilleur buteur pour la 5ème fois de fil.
  • Ses adieux d’avant match ne seront oubliés qu’un cours instant.
  • L’artiste Chris WADDLE quitte l’OM dans la discrétion la plus totale.

Demi finale de la coupe de France, SC Bastia – OM, le 5 mai 1992.

  • Le match entre le SC Bastia et L’OM est prévu à 20h30.
  • Dès 19h, plusieurs responsables de la sécurité sont inquiets du comportement de la tribune reposant sur des cales en bois et des parpaings non scellés et qui commence à bouger.
  • Des employés de Sud-Tribunes s’affairent à revisser les boulons et écrous, en vain : la partie arrière de la tribune est construite à partir de tubulures métalliques de qualité inférieure formant une série de rectangles non reliés entre eux par des diagonales de renfort.
  • Jean-Pierre PAOLI, le speaker du stade, est sommé par des représentants de la sécurité de calmer les supporters au micro.
  • À 20h15, il invite les supporters de la tribune nord à « ne pas taper des pieds surtout sur les parties métalliques » mais il n’est pas écouté.
  • À 20 h 23, alors que les journalistes de TF1 prennent l’antenne pour la retransmission télévisée, la partie haute de la tribune nord s’effondre, un immense fracas de tempête résonnant dans tout le stade. Le seul enregistrement de la chute est une vidéo d’un supporter depuis la tribune effondrée.
  • Les spectateurs qui étaient assis en haut font une chute de 15 mètres.
  • Très vite, les spectateurs envahissent la pelouse afin de fuir la tribune.
  • Certains en profitent pour passer devant les caméras de télévision afin de signifier à leur famille leur présence.
  • Les secours se mettent en place, les deux unités du SAMU prévues pour le match prennent en charge les premiers blessés. Mais elles sont vite débordées.
  • À 21 h, l’ordre d’évacuation des spectateurs du stade est donné afin de faciliter le travail des secours. Un détachement de la CRS 14 de Bordeaux participe à l’évacuation des blessés et des autres spectateurs.
  • À 21 h 30, des hélicoptères de la Sécurité Civile se posent sur la pelouse du stade pour évacuer les blessés. Le plan rouge est déclenché à 22h par le ministre de l’Intérieur Paul QUILES.
  • À 22 h, le premier bilan fait état d’un mort et de 50 blessés. Les secours rencontrent des difficultés à évacuer les blessés du fait de la faible accessibilité du stade : une seule route coincée entre une voie ferrée et la lagune. L’aéroport de Bastia Poretta est utilisé pour transporter des blessés sur le continent – notamment vers les hôpitaux de Nice et de Marseille – car ceux de Corse sont saturés.
  • Le bilan total des victimes est de 18 morts et 2357 blessés.
  • Les joueurs marseillais et bastiais refusent que le match puisse être joué ou rejoué.

Témoignage de cirillao do massilia.

« 1991 – 1992 aura été la saison la plus noire jamais connue de mes 7 premières années de supporters. Ni la défaite en finale de la coupe d’Europe des clubs champions de la saison précédente ,ni le nouveau titre de champions de France aura atténué ma tristesse.

Tout d’abord cette élimination contre le Sparta Prague, nous grandissime favori de l’épreuve. Puis le départ de J.P.P. et de WADDLE. Et enfin le pire… cette affreuse catastrophe à Furiani…

Le 25 avril 1992 lors du OM- AS Cannes, j’étais dans les tribunes Nord du stade Vél. Quand j’ai aperçu J.P.P. s’avancer vers le rond central micro à la main, j’avais l’intime espoir qu’il nous annonce que finalement il souhaitait rester à l’OM… Oui je sais sans doute mon éternel positivité me poussait à penser cela… une utopie… Et là J.P.P. Commence son discours :

« Je ne vais pas trop m’attarder car je vais me mettre à pleurer. Je voulais vous laisser ma primeur de mon transferts, parce que je crois que depuis 6 ans on ne s’est jamais menti. Si je m’en vais là où je vais maintenant, je vous le dois beaucoup, certainement tout. Je m’en vais au Milan AC la saison prochaine… Et que je tenais à vous dire merci du fond du cœur et surtout que je ne vous oublierai jamais. Je voudrais dire un mot sur mon président, car il y a 4 mois il m’avait fait la promesse de me laisser partir ou je voulais aller. J’ai choisi le Milan AC et il a fait tout son possible pour que ce soit le Milan AC. Je vous dit encore merci et on va tout faire pour gagner le 4ème titre ce soir »

Frisson, douche froide, et KO… Il vient de le dire à haute voix… Je ne m’en remettrai pas… mon J.P.P., mon idole, ma muse, mon modèle, « mon meilleur » attaquant de tous les temps nous quitte officiellement…

S’en suivra le départ de WADDLE en toute discrétion… ça en sera trop pour moi… »

Témoignage de lanceur d’alerte.

« Sur cette saison 91/92, plusieurs points de passage me reviennent en mémoire.

Le départ. Pour la plupart des supporters olympiens, la tristesse de Bari était encore douloureusement présente… Pas pour moi !
Cinq jours avant la dite finale, mon fils aîné venait au monde, et son berceau portait encore le pin’s OM/Spartak, pour ce début de saison.
En fait, j’étais resté sur deux victoires…

Ensuite, je me souviens des défaites en championnat. Seulement trois. Mais difficile à oublier.
Une chez mes cousins lensois, impossible pour moi de leur en vouloir…
Mais deux contre Toulon !!! Aller et retour, Putaing…! C’est à partir de cette année là, que je me cassais la voix en reprenant le fameux chant des virages qui suggère que Toulon est une ville plus que gay friendly, et que Bordeaux est une cité à classer dans les « annales »…

Enfin beaucoup moins léger, beaucoup moins anecdotique, il y eu Furiani…
Ce choc est resté pour moi lié à jamais aux désastres que furent le 11 septembre ou la tragédie du Heysel par exemple. Des drames en quasi direct, à la une de tous les postes de télévision, en même temps, partout.

Le paysage médiatique du 21ème siècle, ne permettra sûrement pas de la refermer… »

L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat…Allez l’OM…

Cirillao do massilia

Grand merci à « lanceur d’alerte » pour sa sympathique participation…

Publié par cirillaodomassilia

48 ans, gardois et supporter de l'OM depuis 1986... 34 ans d'amour et de dévotion, de joies et de peines... Marseillais un jour, marseillais toujours... L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat… Allez L’OM...

8 commentaires sur « Saison 1991 – 1992 : On vous refait le maillot 6 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :