Allez! Bonne route! … Nous, on reste dans le sable…

Ça y est…

Avec environ 10 mois de retard, crise de la Covid oblige, André Villas-Boas a quitté le navire olympien.

Car oui, ne nous racontons pas d’histoires, parmi les quelques « bénéficiaires » de cette pandémie, figurent en bonne place nôtre équipe favorite et son coach.
Notre équipe ayant gratté une providentielle place en Champions League, et notre « ex » entraineur ayant obtenu une dizaine de mois de sursis à la tête de l’équipe.

Comme si nous avions fait un bond spatio-temporelle, nous nous retrouvons donc aujourd’hui, là où nous allions tout droit la saison dernière, au même point. (*ou presque…)

En effet, rappellez vous. Après une entame de championnat basée sur une débauche d’énergie intense, une grinta de tout les instants et une solidarité à toute épreuve, l’équipe finit par perdre le fil, s’englue et doit son sursis à une réussite insolente.

Mais Il y a juste eu quelques oublis au passage. La mise en place d’une vraie identité de jeu, la maîtrise de plusieurs schémas tactiques adaptés à l’effectif et l’exigence d’une préparation physique irréprochable…
Trois fois rien, quoi…

Les 10 mois de bonus auraient pu, auraient dû permettre de combler ces lacunes…
Mais, non…

Donc. En toute logique, en toute cohérence, les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous nous retrouvons aujourd’hui dans le ventre mou du championnat, avec des supporters « déçus » et un entraîneur qui a quitté le navire…au fait.. avant d’être lourdé ou avant de perdre la figure ?

Bon, c’est fait, c’est fait… Ça peut arriver… C’est pas si grave. Allez ! On tourne la page, on oublie quoi…!

Hop, hop, hop !!! Pas si vite…
Et notre : » *ou presque au même point », on en fait quoi ?
Car il s’en est passé des choses durant ces 10 mois, ils ne sont pas anodins, ils constituent l’héritage de notre Dédé de Lusitanie. Grâce à lui, et ses 10 mois de bonus, nous abordons l’avenir avec de véritables atouts :
– toujours pas de fond de jeu.
– toujours pas de maîtrise de systèmes autres que le 433.
– pas d’ordre dans le vestiaire. Plus de cohésion de groupe.
– un traumatisme au niveau européen pour le club, et ses supporters.
– et surtout, une condition physique digne des meilleures équipes de vétérans.

Et il va falloir vivre avec ça, pendant quelques temps encore.
Les séquelles en quelque sorte…
Putaing…! Saloperie de Covid !

Publié par Lanceur d'alerte

Addicte à l'OM depuis le 23/02/75, j'avais 9 ans. Un dimanche, me sachant passionné de ballon rond, un voisin propose à mes parents de m'amener au Vél, d'aller à l'OM. 3 à 1 pour l'OM. 32.000 personnes dans le stade. Jaïrzinho et Paulo César en feu... Voila !

4 commentaires sur « Allez! Bonne route! … Nous, on reste dans le sable… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :