Et maintenant, on continue ?

Nous avons notre réponse à la question posée en avant match, qui était, je le rappelle : « Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? »

Comme attendu. On ne change pas de tactique !

Donc, il ne reste plus qu’à assumer une stratégie faite de « couteau entre les dents », « on rentre dans le lard », « pressing tout terrain », « on prend les Spurs à la gorge », on assume l’étoile sur le maillot et on ne baisse pas la tête… Tout y est, comme envisagé et décrit ici même il y a 24 heures.

Ah non, pardon. Un élément manque au tableau prémonitoire, trois fois rien : « conscient des risques que cela implique. » Une broutille.

Broutille qui n’a pas échappé à Antonio Conté. Broutille qui n’échappe désormais plus à aucun des coachs que nous sommes amenés à rencontrer, d’ailleurs.

Comment ce nez au milieu de la figure pourrait échapper à des tacticiens de renom comme Conté, alors qu’il a déjà été identifié par des coachs de L1, de série A, de SüperLig turque, du championnat grecque ou de Croatie ?

Le jeu de l’OM sous sa forme actuelle est lisible, énergivore et pauvre en technique individuelle pure.

  • Lisible : C’est une lapalissade. 

Et ça l’est d’autant plus désormais, puisque même la marche haute de l’Europe n’a pas fait sourciller le ténébreux croate.

Tudor mourra t’il avec ses convictions ? Son passé laisse à penser que c’est probable, et l’avenir nous répondra.

Mais en attendant, le stéréotype c’est installé dans notre jeu et dans la réponse qu’y apporte nos adversaires. « On laisse passer l’orage, on ne panique pas. Tant qu’on n’en prend pas deux dans les 35 ou 40 premières minutes, le coup est jouable par la suite. Notamment dans le dos des pistons, ou par des courses croisées au milieu des centraux… » 

Notre pressing est par trop systématique. Il y a des situations qui demandent un pressing, mais pas toutes. La meute avance parfois, alors qu’il n’y a aucune chance de gratter le ballon. Résultat, l’équipe se découvre de manière régulière et donc prévisible. Remenber Milan AC fin juillet dernier.

Un pressing initié s’il a une chance de réussir et avec des bases arrières assurés, c’est sortir d’un style monomaniaque et terriblement,

  • Énergivore : Au cours du match, mais dans l’enchaînement également.

Nos joueurs sont carbonisés dès la fin de la première mi-temps. Alors certes pas tous en même temps et pas toujours les mêmes, mais il y a une nette bascule à ce moment là de la partie. Puis, il y a le retour des vestiaires, qui traditionnellement est une moment de flottement, pour tout type d’effectif. Mais qui pour nous est aussi une étape où des gars qui étaient en apnée, ont coupé complètement pendant 15 minutes, pour tenter de récupérer. Conséquence, il nous faut 10 à 15 minutes pour se remettre dans le bain en seconde.

Ça c’est à l’intérieur même du match, mais hier nous avons aussi clairement vu arriver des pistons cramés, bien pris certes, mais cramés. Un Gerson, qui a l’image d’Under, n’arrive pas à concilier dépense physique et maintient d’un niveau technique acceptable. Un Suarez qui, à ce niveau d’exigence là, n’a que 30 minutes dans les pattes. Un Mbemba qui ne peut conserver un niveau de lucidité maximal, sur un corps entamé par un début de saison en sur-régime. Etc, etc… 

La répétition de la charge physique et mentale fait son office.

Il était déjà difficile aux effectifs précédents d’Igor Tudor, de répondre à ses demandes en matière de débauche d’énergie, alors même qu’il n’a quasiment jamais eu à jouer au niveau européen, jamais en Champions League, et donc pas tout les trois jours. Mais c’est désormais le cas, avec de surcroît un effectif plus âgé et que la direction a voulu le plus court possible. « Il faut avoir un effectif plus expérimenté et de 22 joueurs. » 22 joueurs, admettons… Mais parlons, 

  • Niveau individuel : Pour la Ligue 1, cela peut suffire.

Mais au niveau européen, il semble que des Sanchez, Mbemba, Bailly, Rongier, Gerson, Payet, Guendouzi, voir Veretout, soient du calibre requis, mais en mode « non bouillis », soyons clairs. Avec des plages de récupération régulières et des moments plus posés à l’intérieur même du match, ce sera indispensable (à part peut être pour Rongier et Guendouzi).

Pour le reste du groupe, c’est d’un niveau individuel nettement moins évident.

Les Suarez, Gigot, Balerdi, Under, Gueye, Kolasinac, Harit… Pau Lopez… se hisseront ils au niveau C1 ? Dans la durée ?

Au final, nous n’avons pas pris de rouste. Et certains seraient presque enclin à croire que l’on méritait bien mieux à l’issue de cette rencontre.

Alors, comme bien souvent, que les supporters préfèrent positiver, quoi de plus normal. Mais que coach et joueurs axent leur communication sur « un coup du sort », et qu’ils brandissent régulièrement les 35 premières minutes comme totem d’immunité, c’est plus gênant. Surtout si en interne cela n’est pas suivi d’un vrai débrief.

– Un match fait 95 minutes. (On peut bouger n’importe qui en catalysant toutes les réserves d’un groupe sur un tiers du temps, l’emporter c’est autre chose.)

– Un match doit être envisagé avec des moments forts et des moments faibles. Une saison également.

– Les manieurs de ballons savent réguler ces différentes phases. Quand c’est le ballon qui court, les jambes récupèrent.

– Il faut au moins un joueur charismatique par rencontre, un gars au dessus du lot qui rend probable l’éclair de génie. Un goal, un libéro, un créateur ou un finisseur. Il le faut pour la confiance de l’équipe, mais pour faire douter l’adversaire également.

Gare au « Jour de la marmotte » version foot, où les mêmes causes produisent les mêmes effets, inexorablement plus pénibles à chaque fois.

Publié par Lanceur d'alerte

Addicte à l'OM depuis le 23/02/75, j'avais 9 ans. Un dimanche, me sachant passionné de ballon rond, un voisin propose à mes parents de m'amener au Vél, d'aller à l'OM. 3 à 1 pour l'OM. 32.000 personnes dans le stade. Jaïrzinho et Paulo César en feu... Voila !

12 commentaires sur « Et maintenant, on continue ? »

  1. Superbe analyse perso… Donc je ne partage pas totalement… 😁😁😁😘😘😘
    Oser calquer le match dhier (où certe il y a défaite au bout mais avec 1ere mi-temps de rêve ou juste le but manquait) avec celui de Milan (ou nous sortions juste d’une énorme prépa physique, ou nos joueurs étaient carbo dès le départ et se sont fait balader pdt 90mn) moi je dis bravo… Il fallait oser…😜😜😜
    Après… Après avoir maintes fois entendu et lu la saison dernière des #sampademission, « des pfff on se fait iech avec ce jeu de possession de handball » et j’en passe… Je suis sidéré que bcp de personne ne soit toujours pas heureux du jeu pratiqué par Tudor… De multiples courses, des appels, le ballon qui vit, des occasions (ok pas pour hier), des joueurs heureux sur le terrain, perso moi je prend mon pied…
    Ok cela ne dure que 45mn, mais je préfère que cela soit court et bon, que long et chiant…🤔🤔🤔😜😜😜(special dedicace for you oliv’)
    Oui notre effectif est très bon et il suffira pour la ligue 1, voire l’europa League… Et oui il est limite pour la Champion’s League…
    Je revendique souvent d’être un nostalgique du foot d’avant #cetaitmieuxavant, mais finalement je ne suis pas le plus nostalgique… Beaucoup vivent encore avec le passé glorieux de L’OM. A l’heure actuelle L’OM ne représente plus rien à l’échelle européenne, L’OM c’est niveau Europa League… Nous sommes à des années lumières de la grande coupe… Alors oui perdre 0 a 2 a Tottenham après les avoir bouffé je suis fière de mon équipe, de mes joueurs et de mon entraîneur, même si notre supériorité n’a duré que 45mn…
    Dernier point, contre vent et marée, pendant la piteuse préparation, alors que bcp ne voyait aucun fond de jeu, aucun circuit préférentiel, j’avais demande d’être patient, qu’il fallait attendre mi septembre pour commencer à voir du mieux… Nous y sommes… Et le meilleur reste à venir d’ici 15 jours, 3 semaines (remember les prépa made in Deschamps et Antonio Pintus…)
    Allez L’OM, allez l’omalapero.fr, allez lance… 😁😁😁

    Aimé par 4 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :