Le tour de France des clubs de Ligue 1.

Angers 🦨💶 : Achtung baby ! Sporting Club à l’ouest ! Le SCO d’Angers house! Bon dernier avec 8 points sur 45 possible, il semble promis à la relégation, et le début de saison a la même saveur qu’un steak haché Chabanne surgelé. Il semble loin le temps où le Moulin va trop vite pour assurer le maintien. Baticle de la mort, l’entraîneur a été débarqué, et le vieux club cherche un coach désespérément. Seule éclaircie: la koppa del mundo de Bouffal ô soldier et Ounahi qui devraient ramener un petit pactole au mercato d’hiver. L’argent ne fait pas le maintien, mais il y contribue…parfois…

Nice 👢🧻: Fachi facho, facho faché. Fachi facha nous revoilà. A chaque fois qu’on disparaît c’est pour mieux revenir après. Nice sera à coup sur un grand club le jour où l’on troquera les crampons moulés contre des bottes. En attendant cela reste nul, et nulle part sur une carte de football. Le ventre mou et la bite molle. Favre c’est faible, et l’helvète horner du ballon rond semble dépassé, sans arme et sans balle musette. L’ensemble est faible et indigeste, et le collectif sonne sans accordéon. Reste que les niçois semblent avoir réalisé un très bon coup en débauchant cet automne le directeur sportif lensois. Fachi facho, facho faché. Fachi facha nous revoilà !

Nantes 🐣🎪: Kita, kita, kita à laver son linge sale, autant que ce soit en public ! Tout un paradoxe. Alors que l’on a rarement vu autant d’entraîneurs virés en même temps en ligue 1, le waldemor,pourtant un gros consommateur de chair à casquette, a maintenu sa confiance au coach kanak en dépit de resultats médiocres et de conférences de presse déguisées en combats de coqs. Comme toujours, ce club ressemble moins à une structure de football qu’à un cirque. « Pour le bénéfice de mr Kita, il y aura un match ce soir à la Beaujoire sur trampoline. » Le FC Nantes, ce sont deux clowns, de père en fils, qui affrontent un Kombouare : comme un monstre hybride et difforme qui porte une seule grosse couille… et deux petits pénis.

Strasbourg 🎅🥨 : Après avoir surperformé la saison dernière, telle une Alsacienne à la foire à la saucisse, la bande à Keller pédale dans la choucroute depuis l’entame de la saison. Recrutement raté, baisse de régime collective et individuelle, deuxième saison de Stephan = on va serrer les fesses jusqu’au bout pour sauver sa peau en Ligue 1. Désormais y’a le feu à la Flammekuche. Alors on se sort les Spitzels du derche, on descend une bonne bouteille de Riesling cuvée Gameiro 2021 et on se remet au boulot. Sinon la cigogne ira livrer ses nourrissons rougeots et gueulards, comme Ajorque après un sprint de 30 m, directement en Ligue 2 l’an prochain.

Ajaccio 🩴🧙‍♂️🐰: Un véritable tour de magie, digne de Gérard Majaccio. Ou comment faire passer, le temps d’une après midi au Vel’, une équipe qui peine à faire deux tirs dans un même match pour l’Ajaccio d’Amsterdam. Malheureusement pour les Corses, ils ne rencontreront pas l’OM tous les week-ends, et le maintient parait vraiment compliqué à aller chercher. Mais si certains croient au vaudou, personne ne peut les empêcher de croire encore à la magie, magie, et vos idées ont du génie. En cadeau bonus dvd du spectacle de prestidigitation d’Olivier Pantaloni, le numéro spécial : « Comment j’ai fait disparaître Gerson de l’effectif marseillais en 60 minutes ».

Rennes 👑🎙️: « Espaces » vides- pourquoi vivons nous? Endroits abandonnés- je pense que nous connaissons le score, encore et encore, est ce que quelqu’un sait ce que nous recherchons? Le spectacle doit continueeer, oui, le spectacle doit continueeer, oui oui oui ». Queen donc. L’ultime réunion de Steve Mercury et Brian Mandanda dans le bureau de Pablo Longoria pour lui chanter : « I want to break free! » Puis, à toute allure il s’en est allé en direction de la coupe du monde, de la Bretagne et du podium, au volant de son nouveau bolide, la Renault AlPinault.

Reims 🍾🎉 : Entre champagne et mousseux, le club a choisi l’eau glacée. Virant un entraîneur avec une fille au porte de la mort, paix à son âme, le président Caillot n’a pas montré son meilleur visage. Pourtant il avait eu les couilles de pousser un énorme coup de gueule en direct contre l’arbitrage français nul ou corrompu au choix. Résultat correct, ça sent une tournée de Salvetat en fin de saison.

Monaco 🪨🎰 : Modeste lieu de villégiature AirBNB situé en terre étrangère avec vue imprenable sur la mer et son port typique de pêcheurs. Bien connu pour son hospitalité, son charme princier et sa ferveur populaire. Merci à Dmitri et Philippe, le couple de propriétaires russo-belge qui savent recevoir leurs hôtes et les mettre à l’aise en toutes circonstances. On s’y sent comme chez soi. Seul bémol, le comportement beaucoup trop agressif de leur fils adoptif Axel qu’il faudrait canaliser ou envoyer chez un thérapeute comportemental. 13 et perd.

Troyes 🛰️🏪: Dans une Galaxy lointaine, très lointaine…Un modeste club champenois a été transformé en annexe non officielle de la NASA, rebaptisée City Group, suite à un rachat par l’Empire du côté obscur Emirati. On a beau avoir un buisness plan bien ficelé, c’est compliqué de trouver un point commun entre Pep Skywalker et Bruno Irles Binks. L’un s’habille chez Prada l’autre dans un magasin d’usine Kiabi. Moralité : avoir un club satellite c’est bien, être un club satellite ça pue la merde comme une andouillette. Ne reste plus qu’à : « Apprivoiser le cuir comme Iniesta, de l’Aube au crépuscule une fiesta. »

Clermont 🌋🏉 : Personne ne connait son propriétaire, ses dirigeants, son entraîneur, le nom de ses joueurs ou celui de son stade mais il s’agirait bel et bien d’un club de notre bonne vieille Ligue 1. Tout le monde a même oublié qu’on les a tapés au Vélodrome à la fin du mois d’août au terme d’un match infâme sur un but de Gueye, lequel a enfin trouvé un adversaire à sa mesure cette saison…A ce titre le passage à 18 clubs l’an prochain ne sera vraiment pas du luxe. Un volcan s’éveille, un club s’éteint. Au-revoir…

Auxerre 🎸🤘🖕: un décor paisible de carte postale. Une photographie champêtre. Une déco qui sent bon la nostalgie et les années 80. Quand soudain déboule punky Furlan en conférence de presse pour nous expliquer ses choix tactiques :  » Je suis un anti-christ, je suis un anarchiste, je ne sais pas ce que je veux… mais je veux être l’anarchiiiie! » Il finira tout de même par nous dire que l’odeur pourrie qui hantait la pièce était celle du cadavre de Guy Roux, enterré derrière les murs. Le bon début de championnat a fondu bourguignone, et Furlan est finalement parti au Clash. Comme toujours le slogan de Sid Vicious, en ligue 1, cela reste: « No future! »

Montpellier 🚛🚮 : Après la parenthèse désenchantée Olivier Dall O’Glio, le MHSC a confié sa destinée au bien nommé Romain Piteau pour des résultats toujours aussi piteux. Son sémillant Président Lolo Nicollin, sosie non officiel de Brad Pitt, affiche une mine dépitée après chaque nouvelle contre performance des pailladins. De son côté, Teji Savanier envisage de raccrocher ses crampons pour se consacrer exclusivement aux combats de Pitt Bull. Il étudie également une offre pour rejoindre son ami Dédé Gignac au camping pittoresque des Flops Bleus de Monterrey. Auparavant, T.J aimerait finir en beauté son parcours en Ligue 1 en inscrivant un triplé face à l’OM. Sous la protection de la Vierge Noire, il est plus facile de faire preuve de piété que de pitié pour ses adversaires.

Brest ⛵🔱 : « Parti à la recherche de Moby Dick Rivers, le Capitaine Nemo du Finistère a embarqué à bord du Nautilus avec ses compagnons de beuverie voyage. Défiant la colère de Poséidon, l’équipage parvient jusqu’au triangle des Bermudas et y croise un fameux trois mâts fin comme un oiseau. Le commandant Cousteau et son fidèle second Mouche, pris au piège des vents et des marrées, les mettent en garde contre les rochers où se sont déjà échoués Jack Sparrow et son Black Pearl Jam attirés par le chant des sirènes. Alors que tout semble perdu, Tabarly et Maud Fontenoy arrivent à bord d’un pédalo baptisé Titanic Cave pour sauver in extremis la cargaison de rhum frelaté d’une noyade certaine. » Histoire de marin abracadabrantesque qui finit bien, c’est écrit Brest restera en Ligue 1.

Lyon 🐈🩺🚽: Bellecour, Bellecour, la maladie d’amour de la loose. Papy ne fait même plus de résistance: il s’enfonce dans son siège, et la mine défaite, il la ferme, et il attend. Il attend la fortune, le Kachkar, le Gérard Lopez déguisé en oncle Sam. Nouveau concept de l’US Postal: le SMS qui met 6 mois pour arriver, cela s’appelle un Textor. Il attend que son Tolisso fasse un match. Que son Lacazette dégomme moins son entraîneur et plus les lucarnes. Que son Lopes arrête des tirs sans faire un mawashi-geri halliwell dans la gueule de l’attaquant adverse. Que son Cheyrou trouve plus de joueurs que de bons mots qui lui reviendront en pleine gueule. Que son Gérard Houiller revienne à la vie. Que son Bernard Lacombe fasse la cuisine. Que son Clément Turpin rentre du Qatar pour Noël. Il attend pres du sapin. Il attend que Laurent Blanc, le golfeur sans ego, impose son swing sur la pelouse, maintenant qu’il a caché tous les râteaux qu’il lui avait mis par le passé. Mais rien ne se passe. La défaite appelle la défaite, et Aulas reste clouer. Clouer au ventre mou. Clouer au lit. Clouer au pilori. Clouer le Beck: Loser.

Lorient 🎣🧚: Chaque année une équipe se révèle par magie pour bousculer un peu les cadors présumés du monde merveilleux de la Ligue 1 Disney. Sur cette première partie de saison ce sont les lorientais qui écrivent leur propre conte de fée, déployant un jeu attractif sous l’impulsion du jeune prince breton Regis Èpasicon. Parfaitement soutenu par sa bonne marraine Le Fée Carabosse, la douce Moffi aux yeux de biche a troqué ses habits de souillon pour retrouver ses souliers d’or. De son côté, le vil Empereur Pablito Premier se mord encore les glaouis ne pas avoir réussi l’été dernier un échange avec Dieng, l’enfant maudit du palais du Pharo. Pour réparer son erreur il propose de demander sa main à la reine des Bigoudènes Loïc Féérie. Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup de petits merlus.

Lille 🐶🌭 : Chienne de vie et vie de chien: is god a dog? Question vague on est cerné ! Deux ans après Kéké le chow-chow des Caillols, et une saison après avoir supporté l’épagneul breton sans collier, il semble que Paulo Fonseca ait trouvé son doggy style, et un jeu parfaitement lèché. Ce n’est toutefois pas l’orgasme au classement, et ils ont de quoi avoir les boules dogues. « I’m losc but I am not perdu » precise d’ailleurs le président. Létang sont durs, et Olivier a les crocs. Une qualif européenne, et ce serait du Ségolène Royal Canin servi à la cantine. Il s’en lèche déjà les babines, et commence à renifler le cul de ses concurrents. Reste à savoir quelle gueule aura l’équipe après janvier: à Lille on ne dit pas mercato, mais toilettage ! Is god a dog? Question vague, on est cerné !

Toulouse 🎀🏉🎤: « Ici si tu cognes, tu gagnes, Ici même les mémés aiment la castagne, Ô mon pays, ô Touloooouse, Un torrent de cailloux roule dans ton accent, Ta violence bouillone jusque dans tes violettes, On se traite de con à peine qu’on se traite, Il y a de l’orage dans l’air et pourtant L’église Saint-Sernin illumine le soir. » Voilà Toulouse. Armstrong je ne suis pas noir, je suis rose de peau. -Et le football alors? – quand on parle de Toulouse, on ne parle pas de football ! En général…

Lens 🚖💃🎛️: Plus qu’une équipe en ce début de saison, c’est le hit machine. Retour aux folles années 90, sur le dancefloor de Bollaert, depuis le temps que les lensois louchaient (Tony) vers elles. « Lèves les bras, bats Lens toi ». Plus facile à dire qu’à faire. Brice « Samba, de Janeiro. Samba, samba de Janeiro ». »Dieu m’a donné Fofana, et je ne sais quoi, j’ai dans le cœur cette force qui guide mes pas. » Un entraineur simple et funky. Un collectif qui joue en melody tempo harmony. Encore une victoire lensoise au Vélodrome: cela me rend din-din-din-din-dingue de baisser mon poom poom short. Putain, qu’est qu’on écoutait comme chansons de merde ! Et en homme extraordinaire, Franck Haise n’est pas Innocent à ces bons résultats. Lens impose son rythme quand ses adversaires n’arrêtent Pas-de-Calais: Saint Omer Simpson, priez pour nous, pauvres pécheurs… La con de s’Arras !

Paris 🗼💩🎶 : « Tenez, regardez les petites lueurs
Les petites lumières de Ménilmontant

Au cœur de la ville endormie
Reposent des millions de gens soumis
Plus personne pour hurler la nuit
Que le vieux clochard sous le pont Marie

Dans la rue y a plus que des matons
Tous les apaches sont en prison
Tout est si calme que ça sent le pourri
Paris va crever d’ennui

Paris se meurt aujourd’hui
De s’être donnée à un bandit
Un salaud qui lui a pris
Ses nuits blanches
Paris la nuit c’est fini
Paris va crever d’ennui
Paris se meurt, rendez-lui ses nuits blanches

Allons enfants de la patrie
Contre nous de la tyrannie
Dont nous abreuvent les bouffons
Du baron qui règne à la mairie

Paris se meurt aujourd’hui
De s’être donnée à un bandit
Un salaud qui lui a pris
Ses nuits blanches

Paris la nuit c’est fini
Paris va crever d’ennui
Paris se meurt, rendez-lui Arletty
C’est la ronde de nuit
C’est la ronde de nuit
C’est la ronde de nuit
De Vichy à galle-Pi
C’est la ronde de nuit
De Barbés à Clichy
Jusqu’à Merry d’ici
C’est la ronde de nuit
À la Place d’Italie
Dans tout Paris
C’est la ronde de nuit
Ronde de nuit
Ronde de nuit
Ronde de nuit »

Olympique de Marseille 🏃🛒🎨 : Il faut imaginer Sysiphe et Pablo Longoria heureux. Faire et défaire, acheter et vend… pardon, acheter et prêter, et tous les 6 mois tout recommencer. « Passer notre amour à la machine, faites le bouillir, pour voir si les couleurs d’origine peuvent revenir ». Du coup Pablo, est ce qu’on peut ravoir à l’eau de javel les sentiments ? Et les victoires? La saison de tous les contrastes et de tous les paradoxes. On joue droit au but avec peu d’attaquant. On réalise l’un des meilleurs debut de championnat de notre histoire, mais on n’est plus en Europe, ni sur le podium au bout d’une dizaine de journées. On enchaine les défaites, mais on est heureux du contenu. On joue au football mais on se gargarise du nombre de kilomètres. On double tous les postes pour faire jouer toujours les mêmes. On change trop de joueurs pour s’ apercevoir que l’on en n’a pas changé assez. Faire et défaire, acheter et prêter, il faut imaginer Sysiphe et Pablo Longoria heureux ! Tandis que nous, on le regarde passer notre club à la machine, le faire bouillir. En espérant que les couleurs d’origine… puissent revenir.

Bordeaux 🍷🖕😂😂😂

Saint Etienne ⛏️🔞 🧟‍♂️🤢☘️🐛🥒🧣

Nb: Illustration par Vidberg.

Nb bis: merci à l’Orange et à BOC, ainsi qu’à Anakin, TomVancouver et Stef pour leur soutien moral…les autres n’ont rien branlé mais on les aiment et on les remercient quand même….😁😁😘

Publié par guigslamangouste

Citoyen du monde, accroc depuis au moins 30 ans à l'OM. Ce club représente pour moi un concentré d'émotions irrationnelles. Un vecteur de rassemblement par delà toutes les origines, classes sociales ou frontières. Collectivement on va toujours plus loin que seul.

3 commentaires sur « Le tour de France des clubs de Ligue 1. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :