O.M. – Toulouse: Gangbang et T.fessée

Gangbang, i shut you down. Gangbang, you hit the ground. Gangbang…. On est pas heureux de se retrouver !? Tous ensemble, tous ensemble….

Presque deux mois après. Putain, deux mois que nous avions laissé la ligue 1 cousin Uber eats pour la coupe du monde pour les uns, le boycott et le reste de la vie pour les autres. Le marché de Noël, les courses de Noël, les cadeaux de Noël, la grève de Noël, les bêtisiers de Noël, la cuite de Noël, et à la FFF la célèbre bûche de Noël qui pousse ces dames à aller, en courant, chercher du travail ailleurs.

Deux mois… Quelques vacances pour les olympiens qui n’étaient pas de la qatari party, et une nouvelle préparation façon turino- croate qui devrait nous donner toutes les aptitudes physiques nécessaires à une nouvelle guerre du Vietnam, et accessoirement nous permettre de passer toute la saison sans être à plat au bout de 30 minutes.

Deux mois, depuis octobre catastrophique qui nous avait vu couler à pic, avant de battre Lyon et Monaco au terme de deux matchs aussi maîtrisés qu’un Dominique Strauss-Kahn en pleine séance de lèche vitrine dans le Red Light district d’Amsterdam. Deux victoires très jouissives, soit dit en passant.

Alors comment allons nous, depuis tout ce temps? Plutôt bien, si l’on se fie à ce que l’on a proposé hier. Si la préparation estivale s’était faite dans la douleur d’un club échangiste (la transition échangée contre la possession), les joueurs sont aujourd’hui au fait des méthodes de Tudor, de son fonctionnement, de ses attentes, de ses coups de triques, et de ses exigences. Et cela s’est ressentie sur le terrain, en dépit d’une équipe diminuée quantitativement, entre la blessure de Harit, l’absence de dernière minute de Guendouzi, et le départ imminent- incessamment sous peu- cela ne saurait tardé- sinon on le récupère- on ne sait pas quoi en faire- de Gerson.

Des buts et du spectacle. De la réussite aussi, et de l’efficacité. Clauss qui s’enfonce, Gigot qui pénètre, et Rongier enfin qui réussit à conclure. Like a virgin, touched for the very first time.

Ensuite, ce sont les toulousains qui se punissent tout seul par un csc, et une tête de Nicolaisen, pas spécialement sous pression, qui lobe son propre gardien. Philippe Montanier en aurait profité pour glisser à l’oreille de Tudor:  » Je suis un gros vilain: punis moi!!! Fais moi mal Johnny, et sois gore Igor! »

Alors Philippe? Philippe Montagnier, c’est toi là bas dans le rose? Dis donc, on ne te voit plus aux soirées ! On a prévu une petite nuit privée, sur le thème du cuir et de la testostérone. Une équipe d’acteurs, sévèrement burnés, et 65000 spectateurs, guichets fermés, pour que le fouet glisse en douceur sur ton épiderme déchiré. Allez, bouge mon grand bandit !

Pourtant, tout ne fut pas aussi facile que ce que le score semble indiqué. Toulouse a réussi plusieurs fois à nous percer en première mi-temps, et sans la maladresse de ses attaquants, l’histoire aurait pu être moins belle. Mais la réussite était de notre côté, et Kolasinac, avec un peu de chatte et un toucher de balle parfaitement lèché nous a offert une petite merveille de but. On était pas bien là ? A la fraîche, décontractés du gland.. .Et on bandera quand on aura envie de bander !

Le but toulousain, sur penalty, est anecdotique. Dans la foulée Payet nous a nettoyé une lucarne. Dieng, tout juste entré en jeu, a obtenu un penalty qu’Under a transformé, avant que Tavares, dans son doggy style qui claque, achève le coît d’un tir acrobatique, éjaculé à bout portant.

Un match de reprise donc, contre un adversaire qui était moins en mission qu’en missionnaire. 6 buts pour 6 buteurs différents: une démonstration collective qui avait au coup de sifflet final le bon goût de l’orgie. Bon appétit, bien sûr.

To loose, la ville rose comme un carnet, un minitel, un téléphone. « Pink is my new obsession ». L’OM remonte sur le podium, en espérant s’y attacher, et réussit parfaitement sa rentrée par une belle soirée de victoire et de plaisirs conjugués. Salutations distinguées: gangbang et T.fessée. Gangbang, I shut you down. Gangbang, you hit the ground. Gangbang… Allez l’OM !!!

7 commentaires sur « O.M. – Toulouse: Gangbang et T.fessée »

  1. Quel match de reprise !!!!!! L’OM n’a pas gâché l’occasion de mettre le petit Jesus dans la crèche même si la date est dépassée. Si je peux me permettre, cette excellente analyse d’après match est Rocco (bolesque)😁.

    Aimé par 3 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :