Battle Royale: Cirillao do massilia vs Guigs la Mangouste, round 1. Le foot féminin symbole de modernité pour les clubs professionnels…

Été 2007, par simple curiosité, devant ma TV, je décide de jeter un rapide coup d’œil sur une bande de filles composant l’équipe de France feminine s’essayant à jouer au foot…


Énorme fut ma surprise, quand au bout de 5mn, je constate un jeu agréable, certes lent et emprunté, mais fait de crochets, de râteaux, de redoublement de passes, d’un nombre incalculable de courses et de sprints. Les gestes sont aussi somptueux et gracieux que celles qui les réalisent…
M’aurait-on dupé sur la qualité du foot féminin ???
Moi le nostalgique du vieux et vétuste football, où le fric n’avait pas encore d’emprises sur les résultats, où la feu coupe des champions laissait une chance aux représentants des petites nations, ces filles m’entrainaient vers un flashback…
Ici pas de triche, pas de simulations, du contact (certes pas aussi physique que chez leurs homologues masculins), du jeu vers l’avant avec cette volonté de toujours attaquer… Du football comme chacun de nous tous aspire…


Depuis ce jour là, ma vision du footballl féminin a considérablement changé.
Mon estime pour ce curieux jeu n’a cessé de croître…
Les années suivantes de plus en plus de clubs professionnels masculins ont voulu créer voire renforcer et miser sur leur section féminine tel que le Bayern Munich, le FC Barcelone, le QSG suivis des clubs anglais comme Arsenal, City ou Everton, puis le Calcio féminin avec la Juve, l’inter ou la Roma entre autres…
Quels furent mon étonnement et ma joie quand en 2011, la direction de mon club de cœur, décide de raviver sa section féminine avec pour but ultime la 1ere division et y perdurer…
L’accession au plus haut niveau intervient à la clôture de la saison 2015-2016.
La saison suivante, pour son retour parmi l’élite 33 ans après, les olympiennes terminent à une fabuleuse 4eme place au pied d’une qualification pour la Champion’s League féminine.
L’année suivante, suite à une erreur de casting, de recrutement, la section descend en division 2 et depuis fait l’ascenseur chaque année, par manque de volonté d’investir sur des joueuses reconnues.
Après la descente de la saison dernière, la direction a décidé de composer son effectif avec essentiellement des jeunes joueuses du bassin marseillais (fort potentiel et réservoir inépuisable) au détriment de joueuses aguerries…


Il est totalement incompréhensible que la direction n’ait jamais voulu investir un minimum sur sa section, sachant que la plupart des transferts se font sur des fins de contrat et donc sans indemnité de transferts avec des salaires 10 à 20 fois moins élevés que chez les hommes (le salaire le plus élevé est détenu par la norvégienne de Lyon, Ada Hegerberg avec 400 000€… par an soit plus de 35 000€ par mois)…
La question est : pourquoi alors la direction de l’OM a t’elle reinstauré sa section si c’est pour la faire vivoter ???
En 2011, le président de la Fédération Noël Le Graët n’a finalement pas obligé les clubs pros à avoir des sections féminines. Mais…
A défaut d’obliger, l’instance a décidé d’inciter en accompagnant les clubs ou en versant 12 000€ à chaque représentant de D 1 féminine à travers l’aide à l’emploi. En fait, les clubs pros n’investissent pas car il n’y a rien à gagner. Ceux-ci ont tout simplement été convaincus qu’en 2016 un club n’accueillant pas de section féminine n’était pas un club moderne…
N’en déplaise aux machiste, aux réfractaires du football féminin, le foot comme la plupart des sports est devenu unisexe…
La section féminine marseillaise fait partie intégrante du club OM, au même titre que les équipes de jeunes qui seront les futurs étendards de notre équipe chérie…

Adelie FOURRÉ attaquante provenant de l’en avant Guingamp
Gaetane THINEY attaquante de l’équipe de France et du Paris FC
La marseillaise de naissance Louisa NECIB… 😉 anakin999

L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat… Allez L’OM

cirillao do massilia

Publié par cirillaodomassilia

48 ans, gardois et supporter de l'OM depuis 1986... 34 ans d'amour et de dévotion, de joies et de peines... Marseillais un jour, marseillais toujours... L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat… Allez L’OM...

7 commentaires sur « Battle Royale: Cirillao do massilia vs Guigs la Mangouste, round 1. Le foot féminin symbole de modernité pour les clubs professionnels… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :