Affaire Mediapro : les cons, les brutes et les truands.

Rideau. Clef sous la porte. On ferme boutique. Quatre mois seulement après sa création, la chaîne Telefoot est sur le point de rendre l’antenne définitivement suite à un accord conclu avec la Ligue de Football Professionnelle pour rompre le contrat de diffusion de la L1. Le but : éviter absolument dans les deux camps d’interminables procédures judiciaires extrêmement coûteuses suite au non versement par le groupe Mediapro des deux dernières traites dues (350 millions non versés au total en octobre et décembre). Un manque à gagner terrible pour les clubs, déjà privés de rentrées d’argent substantielles liées à la crise du covid malgré les aides d’Etat (sic) et les prêts bancaires contractés pour sauver ce qui peut l’être.

Une situation abracadabrantesque mais pas si imprévisible. En effet, certains avaient vu venir cette issue dès le départ, à commencer par le groupe Canal, et son President Maxime Saada, qui aujourd’hui peut se frotter les mains de s’être abstenu de surenchérir face au nouveau venu sino-ibérique sur le marché français. Le groupe de Bolloré est désormais en position de force pour racheter à moindre coût les droits de la L1, tout en passant pour le sauveur du foot français plongé dans un marasme économique sans précédent. C’est assez cocasse, quelques mois seulement après que le diffuseur historique de la L1 ait été critiqué de toute part pour ne pas avoir voulu payer l’intégralité du montant fixé dans son précédent contrat suite à l’arrêt définitif du championnat 2019-2020… Mais bon, dans ce dossier nous ne sommes plus à une incohérence, ni à un retournement de veste près.

De son côté, le groupe Mediapro a bien du se rendre à l’évidence : covid ou pas, son modèle économique n’était pas viable. A peine commencée l’aventure s’arrête, deux ans après avoir soufflé les droits du foot français au nez et à la barbe de ses concurrents en s’engageant à verser entre 800 millions et un milliard d’euros par saison jusqu’en 2024. Un investissement qui devait en principe être financé par la publicité et par un abonnement à 25,90€…uniquement pour accéder aux images des championnats de France de Ligue 1 et de Ligue 2. Une hérésie même pour une ligue des talents… Et même pour des supporters vaches à lait privés de stade et prêts à payer malgré la crise plusieurs abonnements pour continuer à voir jouer leur équipe. Au vu des chiffres communiqués sur le nombre d’abonnés, 600000 à en croire Mediapro alors que le groupe en visait 3,5 millions, il y a une limite à tout. Même à la connerie, à l’entêtement et au fanatisme footballistique.

Quels sont donc les acteurs responsables de cet échec retentissant pour le foot français ? Citons pèle mêle, Jaume Roures, sympathique patron barbu de Mediapro. Le duo Didier Quillot/Nathalie Bois de La Tour, partis juste au bon moment avec le sens du devoir accompli et de belles indemnités en poche. Et enfin l’ensemble des Présidents de L1, au premier rang desquels une paire totalement improbable composée de Jean Michel Aulas et Jacques Henri Eyraud. Ces derniers, totalement aveuglés par cet eldorado et croyant en l’ouverture d’une nouvelle ère vertueuse pour leur club, n’ont désormais plus que leurs yeux pour pleurer. Visionnaires… On pourrait ajouter un quatrième acteur, politique, puisqu’on se doute bien qu’un contrat de cette ampleur, quasiment tombé du ciel, ne peut être conclu sans un regard appuyé et bienveillant venu d’en haut.

Encore une fois, il est étonnant de constater le manque de clairvoyance, de précaution et l’irrationalité des décisions qui peuvent être prises dès lors qu’il est question à la fois d’argent et de foot. Malgré les sommes en jeu, l’Italie avait pourtant eu la lucidité d’annuler son accord avec Mediapro faute de garanties suffisantes. Preuve en est que deux choses peuvent rendre aveugle : l’amour et l’appât du gain, mais que ce n’est tout de même pas une fatalité. Et dans ce dossier comme dans d’autres, il y a quand même de sérieuses raisons de s’interroger sur la compétence des instances françaises, à défaut de mettre en doute leur intégrité…

Il est triste aussi de penser aux hommes et aux femmes qui risquent de subir directement les conséquences de ce fiasco, à commencer par les employés de la chaîne Telefoot. Même si certains trouveront à se recaser ailleurs, il y en aura forcément qui resteront sur le carreau.

Enfin, comme disait le grand Clint, l’acteur pas le conservateur, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Le foot français risque de devoir creuser longtemps avant d’espérer sortir du trou dans lequel il s’est lui même jeté, à force de cupidité aveugle et sous prétexte de renforcer sa compétitivité. Reste à savoir qui tient le pistolet à présent…

Publié par guigslamangouste

Citoyen du monde, accroc depuis au moins 30 ans à l'OM. Ce club représente pour moi un concentré d'émotions irrationnelles. Un vecteur de rassemblement par delà toutes les origines, classes sociales ou frontières. Collectivement on va toujours plus loin que seul.

6 commentaires sur « Affaire Mediapro : les cons, les brutes et les truands. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :