SAMPAOLI, la pièce manquante du puzzle OM ?

  • Le 26 février 2021, le président EYRAUD est débarqué de la direction de l’Olympique de Marseille.
  • L’actionnaire Franck MAC COURT mise sur le néophyte Pablo LONGORIA pour mener la barque OM et lui trouver un entraîneur qui pourrait redonner de l’envie, de l’allant aux joueurs, mais aussi reconquérir les cœurs des supporters nostalgiques d’El Loco.
  • Une évidence pour le poste : SAMPAOLI disciple de BIELSA.
  • Mais est-il vraiment fait pour l’OM ?
  • Quel système de jeu est prôné par l’argentin ?
  • Qu’attendre du jeu et du système de SAMPAOLI pour la saison a venir ?

I- Qui est SAMPAOLI ?

  • Jorge Luis SAMPAOLI MOYA est né le 13 mars 1960 à CASILDA en ARGENTINE.
  • Tantôt sélectionneur (de l’Argentine et vainqueur de la Copa America avec le Chili), tantôt entraîneur de clubs (au Perou, au Chili, en Equateur, en Espagne au Brésil et en France) Jorge est un globe trotter.
  • Formé comme joueur au Newell’s Old Boys, il se dirige vers une carrière d’entraîneur dès son plus jeune âge en s’occupant des équipes de jeunes, jusqu’à obtenir son premier poste d’entraîneur principal en 2002.
  • Jorge SAMPAOLI est un tacticien ambitieux et une personnalité forte doublé d’un caractère obsessionnel, éruptif, intense et passionné voire ingérable. Avant de le mener à Marseille sa longue carrière d’entraîneur a été marquée par des échecs et des réussites sans jamais le faire dévier de ses convictions.

« Il veut que ses joueurs aiment le ballon du fond du coeur. Il nous a déjà dit : « Beaucoup de joueurs ont la grinta mais ceux qui aiment le ballon, ils sont plus rares. » La possession est aussi très importante pour lui. Et quand on l’a, il refuse qu’on rende le ballon facilement : il déteste ça. Il veut aussi des entraînements très intenses, et que ses joueurs soient toujours à 100 %. Avec lui, si tu te donnes à fond à l’entraînement, tu as une chance de jouer, sinon, c’est mort ! MARIANO Atletico Mineiro

II- SAMPAOLI et les sardines du port de MARSEILLE.

  • Son arrivée à l’OM a suscité autant d’espoirs que de scepticisme parmi les supporters olympiens sevrés de jeu et de résultats depuis trop longtemps. Ses premiers mots en tant qu’entraîneur de l’OM laissent à voir un homme passionné qui semble savoir parfaitement où il met les pieds.

« On m’a dit toute ma vie que l’OM est une passion. Que le Vélodrome s’allume quand l’équipe se rend au stade. Marseille est un club du peuple et je me sens moi-même dans cette chaleur. On n’est pas là pour se cacher : on va jouer dur. Quand j’ai reçu cette proposition, je rêvais de pouvoir faire la fête dans la ville. Dans le monde, il y a des endroits calmes et des endroits intenses. Ce sont ces derniers que je veux et j’ai accepté sans hésiter. Ce club a une âme c’est pour cela que nous sommes ici. Nous sommes prêts. » Jorge SAMPAOLI

  • Son choix semble avoir été dicté avant tout par la volonté de relever le challenge marseillais et non pas simplement par celle de revenir à tout prix en Europe.

« Jorge SAMPAOLI s’est longuement renseigné sur la situation à l’OM et se méfiait de JHE. Il ne voulait pas être lié à lui. Il n’a discuté qu’avec LONGORIA et Mc COURT. Il souhaite une prise de contact rapide avec le centre de formation pour lancer son projet. » Guillaume TARPI

  • SAMPAOLI débarque à la Commanderie auréolé d’une réputation de disciple de Bielsa qui lui colle à la peau depuis ses débuts d’entraîneurs professionnels, le maître ayant laissé une trace indélébile en l’espace d’une saison à l’OM.

« Il propose un jeu offensif comme BIELSA, il a une expérience du haut niveau, ça peut être un coach intéressant. Il devrait bien coller à la mentalité marseillaise. Rosario a déjà été comparé à Marseille, ça peut coller. C’est quelqu’un qui joue beaucoup sur l’affectif, il a besoin de ça et de confiance. » Olivier GOTTELAND 

III- SAMPAOLI et ses systèmes à géométries variables.

FC SEVILLE (ESPAGNE) 2016 – 2017

  • 4ème de liga avec 72 pts
  • 21 victoires 9 nuls 8 défaites
  • 69 buts marques
  • 49 buts encaissés
  • Système de jeu en 38 matchs :
  • 4-2-3-1: 11m (4 victoires, 4 nuls et 3 défaites) 1,45pts/m
  • 3-5-2: 4m (3 victoires et 1 nul) 2,5pts/m
  • 3-4-2-1: 3m (3 victoires) 3 pts/m
  • 3-5-1-1: 3m (2 victoires et 1 défaite) 2,33 pts/m
  • 4-1-3-2: 3m (2 victoires et 1 défaite)2,33 pts/m
  • 5-4-1 : 3m (1 victoire et 2 défaites) 1,67 pts/m
  • 3-4-1-2 : 2m (2 nuls) 2 pts/m
  • 4-1-4-1 : 2m (1 victoire et 1 défaite) 1,5 pts/m
  • 4-3-1-2 : 2m (2 victoires) 2 pts/m
  • 4-3-3 : 2m (2 victoires) 2 pts/m
  • 3-3-1-3 :1m (1 nul) 1 pt/m
  • 4-4-2 : 1m (1 nul) 1 pt/m
  • 5-3-2 : 1m (1 victoire) 3 pts/m
  • Possession de balle (moyenne) :
  • à domicile : 60,68%
  • à l’extérieur : 57,58%
  • sur la saison : 59,13%
  • Tirs par match (moyenne) :
  • à domicile : 14,53 tirs
  • à l’extérieur : 11,05 tirs
  • sur la saison : 12,79 tirs
  • Analyse :
  • Malgré des résultats très moyens (1,45pts /m), SAMPAOLI a maintenu son 4-2-3-1.
  • On constate que lorsqu’à chaque fois où il a instauré une défense à 3 (3-5-2; 3-4-2-1 ; 3-5-1-1 ; 3-4-1-2 ; 3-3-1-3), les résultats ont été largement en sa faveur.
  • L’équipe de SAMPA présente une possession de balle moyenne de 59,13% ; pour rappel, la possession moyenne de l’OM 2020 / 2021 est de 53,9%.
  • Sur les 38 matchs de la saison, seul le Barça (domicile et extérieur), la Real Sociedad au stade d’Amoeta, Las Palmas au stade Gran Canaria et l’Atletic Bilbao au stade San Mamès ont eu une possession supérieure au FC Séville.
  • Il est vrai que le Barça, la Sociedad et Bilbao ont une moyenne de tir par match au dessus de la moyenne 2020 / 2021 de Ligue 1 (11,52) et bien au dessus de celle de l’OM (9,82). Culture du jeu basé sur la domination.
  • Avec une moyenne de 12,79 tirs par match, le 11 sévillan se positionne au dessus de la moyenne 2020 / 2021 de Ligue 1 (11,52) et bien au dessus de la moyenne de l’OM (9,82).

« Jorge est un homme d’une grande ouverture d’esprit. Il a comme tous les amateurs du jeu de position, cette idée de toujours dominer les matches. il s’agit de toujours maintenir l’initiative du jeu, être actifs et pas réactifs. Ce que cherche jorge avec moi, c’est avoir un meilleur contrôle sur le jeu ». Juanma LILLO

« C’était un ami, pas un entraîneur. Il m’a dit : ‘Tu peux boire, sortir, faire tout ce que tu veux, je te couvrirai, il nous demandait seulement d’être bons sur le terrain le week-end. Si je voulais aller voir ma famille un week-end où je ne jouais pas, SAMPAOLI me disait qu’il s’occuperait de mon chien » Samir NASRI

SANTOS FC (BRESIL) 2019

  • 2ème de Série A avec 74 pts
  • 22 victoires 8 nuls 8 défaites
  • 60 buts marques
  • 33 buts encaissés
  • Système de jeu en 38 matchs :
  • 4-3-3 : 27m (16 victoires, 5 nuls et 6 défaites) 1,96 pts/m
  • 3-4-3 : 8m (4 victoires, 3 nuls et 1 défaite)1,88 pts/m
  • 3-2-4-1: 1m (1 victoire) 3 pts/m
  • 3-4-1-2: 1m 1 victoire) 3 pts/m
  • 3-5-2: 1m (1défaite) 0 pt/m
  • Possession de balle (moyenne) :
  • à domicile : 57,32%
  • à l’extérieur : 55,79%
  • sur la saison : 56,55%
  • Tirs par match (moyenne) :
  • à domicile : 18,47 tirs
  • à l’extérieur : 12,26 tirs
  • sur la saison : 15,37 tirs
  • Analyse :
  • Les ¾ de la saison, SAMPAOLI a fait évoluer son équipe brésilienne de Santos en 4-3-3 offensif (1,96pts/m).
  • Son 4-3-3 a été son seul système utilisé à 4 défenseurs ; les autres matchs ont laissé entrevoir des 3-4-3, 3-2-4-1, 3-4-1-2 et 3-5-2 qui ont finalement beaucoup de ressemblance suivant les phases offensives et défensives.
  • SAMPAOLI reste fidèle à sa philosophie de jeu à savoir une grande possession de balle (56,55% sur la saison).
  • Toutefois, nous remarquons une baisse par rapport au FC Séville, possiblement expliquée :
  • * d’une part, par la volonté des équipes du championnat brésilien de dominer le jeu de par leur technique et leur mentalité offensive,
  • * d’autres part par le système de jeu direct prôné par El Loco bis, c’est à dire le 4-3-3.
  • Ce jeu offensif du championnat brésilien est en corrélation avec les statistique de la moyenne des tirs par match de la saison (15,37 t/m), mais surtout les tirs à domicile (18,47).

« Il m’a donné l’opportunité d’exploser au Brésil. (…)  En seulement quatre mois, (Jorge) SAMPAOLI a changé ma vie. Il m’appelait tout le temps avant les entraînements pour des séances vidéo. Il me montrait des milieux de terrain qui jouent dans le même registre que moi et il me disait : « J’espère que tu sais faire ça ? » Il m’envoyait tout le temps des vidéos sur WhatsApp. Du coup, je venais avant les séances, je m’entraînais tout seul avec lui, et pareil après l’entraînement, on restait tous les deux » Jean LUCAS

« Il met en place un jeu basé sur l’offensive avec un gros pressing. Il a des résultats avec souvent une des meilleures attaques du championnat ce qui est fort avec le niveau des effectifs à disposition. Il propose un jeu cohérent et beau à regarder. C’est un entraîneur très exigeant, les joueurs le racontent mais ils progressent avec lui. On fait forcément le parallèle avec BIELSA car c’est un de ses disciples. Les joueurs ont adhéré à son projet mais au Brésil on explique aussi que les relations avec ses dirigeants sont très difficiles. On lui avait promis beaucoup de joueurs à Santos, il ne les a pas eu. Il peut donc avoir une relation conflictuelle avec sa direction car il n’hésite pas à dire les choses en conférence de presse, à mettre ses dirigeants en face de leurs responsabilités. Il veut mettre en place un système de jeu bien précis et s’il n’a pas le soutien de sa direction, il peut aller vite au clash. Mais du côté des joueurs et des supporters au Brésil il a réussi à faire adhérer car il a eu des résultats probants grâce à son style de jeu. » Dominique BAILLIF

ATLETICO MINEIRO (BRESIL) 2020

  • 3ème de Série A avec 68 pts
  • 20 victoires 8 nuls 10 défaites
  • 64 buts marques
  • 45 buts encaissés
  • Système de jeu en 38 matchs :
  • 4-1-4-1: 11m (4 victoires, 3 nuls et 4 défaites) 1,36 pts/m
  • 4-2-3-1: 9m (7 victoires et 2 défaites) 2,33 pts/m
  • 4-3-3: 6m (4 victoires et 2 nuls) 2,33pts/m
  • 3-5-2: 4m (2 victoires et 2 défaites) 1,5 pts/m
  • 3-4-3: 3m (1 victoire et 2 nuls) 1,67 pts/m
  • 3-1-4-2: 2m (1 victoire et 1 défaite) 1,5 pts/m
  • 3-2-4-1: 1m (1 victoire) 3 pts/m
  • 3-4-1-2: 1m (1 défaite) 0 pt/m
  • 4-4-2: 1m (1 victoire) 3 pts/m
  • Possession de balle (moyenne) :
  • à domicile : 60,58%
  • à l’extérieur : 61,26%
  • sur la saison : 60,92%
  • Tirs par match (moyenne) :
  • à domicile : 17,2tirs
  • à l’extérieur : 16,16 tirs
  • sur la saison : 16,68 tirs
  • Analyse :
  • Pour son second club brésilien, SAMPAOLI instaure toujours sa défense à 4 (27 matchs sur 38), avec des 4-1-4-1, 4-2-3-1, 4-3-3 et 4-4-2, qui lui ont rapporté la majeure partie de ses points.
  • Ses système favoris restent son 4-2-3-1 classique mais également le très étrange 4-1-4-1, beaucoup utilisé par les clubs carioca.
  • Avec une possession moyenne de 60,92%, Jorge s’aligne sur les chiffre de Séville, avec toutefois une plus grosse domination à l’extérieur qu’à domicile (61,26 pour 60,58).
  • Concernant les tirs, l’équipe de Mineiro se rapproche sensiblement des statistiques de Santos, les dépassant même (16,68 t/m).
  • Il convient de mentionner le fort nombre de tirs à l’extérieur étroitement lié à la forte possession de balle.

« L’Atlético Mineiro était parfois l’équipe la plus attrayante à regarder de tout le championnat brésilien, même si ce modèle s’est grippé dans la dernière ligne droite du championnat » Leonardo BERTOZZI, commentateur d’ESPN.

OLYMPIQUE DE MARSEILLE (FRANCE) 2021 – …

  • 5ème de ligue 1 (mais avec 11 matchs coachés) avec 60 pts (21pts en 11 matchs)
  • 6 victoires 3 nuls 2 défaites
  • 20 buts marqués
  • 15 buts encaissés
  • Ce qui aurait pu faire en se projetant sur 38 matchs :
  • 21 victoires 10 nuls 7 défaites
  • 69 buts marqués
  • 52 buts encaissés
  • Système de jeu en 11 matchs :
  • 3-5-2: 8m (4victoires, 2 nuls et 2 défaites) 1,75 pts/m
  • 3-4-2-1: 2m (1victoire et 1 nul) 2 pts/m
  • 4-4-2: 1m (1victoire) 3 pts/m
  • Possession de balle (moyenne) :
  • à domicile : 57,83%
  • à l’extérieur : 59%
  • sur les 11 matchs : 58,36%
  • Tirs par match (moyenne) :
  • à domicile : 12,33 tirs
  • à l’extérieur : 11 tirs
  • sur les 11 matchs : 11,73 tirs
  • Analyse :
  • El Locito arrive donc à Marseille en cours de saison et doit faire avec les moyens et l’effectif olympien à disposition.

« A Marseille, il va d’abord prendre le pouls du groupe, sentir quel genre de joueurs il a sous la main, pour adapter son management » MARIANO Atletico Mineiro

  • SAMPAOLI opte pour une défense à 3 (voire 5 en phase défensive) pour la quasi totalité des 11 derniers matchs (10 matchs).
  • Malgré un effectif incohérent et limité, nous remarquons que la possession de balle reste dans les moyenne de ses autres clubs.
  • En manque de fond de jeu et d’automatisme avec son système, l’équipe ne présente seulement une moyenne de 11,73 t/m.

« Il demande une dépense d’énergie très importante et si tu n’es pas prêt à lui donner, c’est un problème. Son idée, c’est de presser constamment l’adversaire, donc si tu es en retard, tu déséquilibres tout l’édifice. » MARIANO Atletico Mineiro

  • SAMPAOLI n’hésite pas non plus à modifier ses schémas tactiques en cours de matchs et parvient à relancer certains joueurs olympiens. Cela lui permet notamment de remporter plusieurs rencontres en fin de match, ce qui était déjà l’une des caractéristiques de son équipe lorsqu’il coachait le FC Séville.

« Il peut commencer un match en 4-4-2, puis se rendre compte au bout de dix minutes que l’adversaire était préparé, alors il passe en 3-5-2, puis il change et passe en 2-5-quelque chose… Il change tout le temps, n’a pas de système fixe… Pour nous, les joueurs, ce n’est pas facile. Il faut s’adapter car il peut exiger un changement de système à tout moment. » MARIANO Atletico Mineiro

IV- Et la saison prochaine ?

  • Difficile de faire des projections sur le schéma tactique que souhaite mettre en place l’entraîneur argentin l’an prochain même s’il a lui-même déjà donné certains indices sur ses intentions :

« Je ne suis pas très habitué à jouer avec deux attaquants, je suis plus habitué à jouer sans avant-centre. Quand on a deux pointes, on perd en construction, estime El Pelado. Pour créer du jeu, il faut construire. Au départ, les différentes hauteurs de jeu nécessitent d’avoir des joueurs pour créer du jeu. Mais, s’il faut faire entrer un deuxième attaquant, on le fera. » Jorge SAMPAOLI

  • Depuis son arrivée à l’OM, l’équipe évolue principalement en 3-5-2, mais SAMPAOLI affirme que ce n’est pas son système de prédilection :

« Le 3-5-2 que l’on utilise actuellement est adapté à notre équipe. Mes équipes jouent habituellement en 4-3-3, souligne l’ancien coach de Séville. Ce qui ne changera pas, c’est que je veux des joueurs qui savent jouer sur des espaces larges, pas seulement dans le dribble. Les joueurs qui viennent ici doivent savoir dans quel projet de jeu tactique ils vont devoir s’inscrire. » Jorge SAMPAOLI

  • Les premières pistes de recrutements depuis l’ouverture du mercato laissent également transparaître ses intentions. Il s’agit semble t il pour l’entraîneur olympien de constituer un effectif capable de maitriser différents schémas tactiques évolutifs, à trois ou quatre défenseurs, deux ou trois milieux, avec ou sans ailiers.
  • Au-delà d’un schéma tactique fixe et prédéterminé, SAMPAOLI semble surtout vouloir apporter de la verticalité et de la vitesse au jeu de l’OM en misant sur des joueurs capables d’amener une touche technique à l’équipe et de répéter les efforts à la récupération du ballon.
  • Adepte d’un style de jeu résolument tourné vers l’offensive, lequel se caractérise généralement par 6 joueurs qui attaquent et 4 qui défendent, espérons que SAMPAOLI ne reniera pas ses principes tout en étant suffisamment intelligent pour continuer à s’adapter aux différentes situations qui se présenteront à lui et à son équipe.
  • Réussira t il son entreprise de reconstruction qui pourrait prendre un certain temps ou sera-t-il rattrapé par l’exigence de résultats immédiats propres à l’OM ? Seul l’avenir nous le dira. Mais nous avons déjà hâte que la saison reprenne pour assister aux vrais débuts de l’ère SAMPAOLI à l’OM.

L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat… Allez l’OM…

Guigs la mangouste et Cirillao do Massilia

Publié par cirillaodomassilia

48 ans, gardois et supporter de l'OM depuis 1986... 34 ans d'amour et de dévotion, de joies et de peines... Marseillais un jour, marseillais toujours... L’OM, un mythe, une foi, une religion, un combat… Allez L’OM...

11 commentaires sur « SAMPAOLI, la pièce manquante du puzzle OM ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :