Le BarOMètre de mi-saison.

Les gardiens :

Pau Lopez : 🌀🌤️ Quand l’Ibère survient, mets tes moufles et tes lunettes de ski… en voilà un qui, après avoir essuyé les quolibets et les soupirs de peur dans les travées du Vèl’, commence à faire un (début de) consensus, et ce n’est pas un gros mot. Quelques parades bien senties, une meilleure communication avec son trio défensif, et un respect parfois kamikaze des consignes du nain-rougeaud-de-Casilda. N’était ses yeux de cocker dans une tête de zombie, on en finirait presque par l’aimer Pau (Pau-Pau) et lui donner du crédit pour cette deuxième partie de saison, où la terrifiante C4 nous attend… t’aura-t-on dans la Pau comme disent les salminidés ?

Steve Pandi-Danda :🌫️ Le joueur le plus capé de l’Histoire de l’OM a perdu le cap. Titulaire un mois en début de saison, le temps que Pau Lopez apprenne à lacer ses chaussures et que Simon retourne dans sa réserve africaine, Steve a ensuite été écarté par le nain-vénère-de-la-Pampa. Argument ? le jeu au pied ; domaine dans lequel, il n’y a pas si longtemps, certains voyaient en Panda des qualités neuer-esques, ce qui est un chouye abusé. Depuis, ça bout et ça boude, ça joue les coupes nationales et ça reboude. On parle d’en faire un transfuge, Sainté, Monac’, pourquoi pas Le Havre tant que vous y êtes. Steve rebondira-t-il ? cap’ ou pas cap’ ?

Simon : 🕳️ Outre que dégun n’essaie plus de prononcer ton blaze, tu as purement et simplement disparu de la circulation. Y’en a même qui disent qu’ils t’ont vu nager dans le sens inverse des radeaux de migrants. Muscle ton JE, Simon, suis les conseils de ton mentor qui doit faire deux fois ton poids : toujours un dessert après le fromage, et toujours le supplément chantilly avec le double café-gourmand.

Les défenseurs :

Saliba : ☀️ Être ou ne pas être, telle est la question qu’on pouvait légitimement se poser lorsque le flegmatique William S. a posé ses valises dans la cité phocéenne dans le cadre d’un prêt sans option d’achat. Talent précoce à Saint Etienne, acheté 30m d’euros par Arsenal avant d’être prêté deux fois de suite dans son club formateur puis a Nice sans jamais avoir eu sa chance chez les Gunners, Saliba laissait nombre d’observateurs dubitatifs sur son niveau réel et son utilité dans le schéma à trois défenseurs centraux de Sampaoli. Pourtant, quelques mois plus tards, Iceman fait quasiment l’unanimité au regard de ses performances bien souvent accomplies. Malgré quelques erreurs de jeunesse, son calme, sa facilité dans les duels et sa qualité de relance courte sont des atouts non négligeables pour l’OM qui a su se trouver une assise défensive solide au fil des matchs. Reste à voir si les aventures de Salibaba à Marseille se termineront comme un conte des milles et une nuits. Ou s’il en repartira tel un voleur.

DCC : ☀️Revenu d’entre les morts tel un zombie de The Walking Dead, DCC est parvenu à saisir les opportunités qui lui ont été offertes par son coach pour regagner peu à peu sa place de titulaire dans le onze olympien. Alors qu’on le pensait à jamais perdu psychologiquement pour l’OM après l’échec de son transfert a Liverpool l’hiver dernier, le géant croate a mis du temps à se relever mais il l’a fait. Ce qui prouve une certaine force de caractère, ses qualités de footballeur qui en font l’un des meilleurs défenseurs de l’OM depuis plusieurs saisons ne s’étant pas envolées. Reste à savoir si ce regain de forme servira à concrétiser un départ en Angleterre dont on parle depuis longtemps a son sujet et qui permettrait de renflouer les caisses du club, ou si l’OM profitera encore quelques mois de son défenseur croate en pleine possession de ses moyens. Ce qui sportivement ne serait pas du luxe pour atteindre le podium en fin de saison.

Balerdi : 🌝 L’élégant gaucho Jacques-Dessange a tout d’un grand, vista, technique, vitesse, anticipation, jeu de tête… il lui manque encore un peu de continuité et de stabilité tactique, mais Roberto Ayala a dit de lui : « c’est mon digne héritier, en plus beau, en sus »… son regard enjôleur ne dissimule pas une réelle agressivité et un très bel état d’esprit, toujours à encourager ses coéquipiers et à garder un mental positif. Leo sera dans le top 5 des centraux continentaux dans deux ans max, je mange un fennec si cela s’avérait faux (bande d’ignares).

Alvaro 🌬️ : Comme s’il était déjà parti, il a été honteusement oublié pour ce baromètre par notre équipe de spécialistes à laquelle d’habitude rien n’échappe même après une soirée arrosée chez Darkranger. Un signe qui en dit long sur l’évolution de son statut a l’OM. Que dire de lui si ce n’est que son regard de tueur et ses cojones en acier trempé, qui lui permettent de tenir tête seul face à une tribune niçoise prête à le réduire en carpaccio, ne suffisent plus a en faire un défenseur incontournable aux yeux de Sampaoli. Le coach argentin préfère visiblement la technique à la grinta. Sa prolongation avec un salaire de titulaire pour un joueur en bout de banc pose question. Surtout quand on cherche a s’en débarrasser comme un vulgaire Abdennour au premier club bordelais venu quatre mois plus tard. Ça sent de plus en plus la fin de l’aventure pour El Patron Alvaro à l’OM. (Merci l’Orange pour ta vigilance).

Luan : 🌤️Annoncé comme l’un des meilleurs défenseurs centraux du championnat brésilien à son arrivée, Luan Peres est rapidement parvenu à se rendre indispensable dans l’équipe type sampaolienne. Il faut dire que ses qualités sont plutôt bien exploitées dans cette défense à trois centraux mise en place par le coach argentin. Toutefois on l’a aussi vu par moments en difficulté pour couvrir les espaces sur son côté gauche et perdre des ballons dangereux sur des relances à priori plutôt simples. Son style est sobre, presque un peu trop, et s’il s’essayait à quelques montées en début de saison sa qualité de centre médiocre n’en fera jamais un véritable joueur de couloir. Désormais il se contente surtout de bien défendre, ce pour quoi il semble davantage à l’aise. Luan ne vole pas haut.

Lirola :☁️ Avec les prolongations d’Alvaro et Amavi,le recrutement de Lirola est l’autre grand mystère du mercato d’été olympien. Arraché par Longoria pour une somme rondelette a la Fiorentina, l’espagnol est revenu à l’OM en terrain conquis après 6 premiers mois prometteurs au cours desquels il avait pu montrer ses qualités de contre attaquant et de dévoreur d’espaces sur son couloir droit. Seulement cette saison, le style et le schéma tactique mis en place par Sampaoli ont évolué vers un jeu de possession et un système sans véritables latéraux au sein duquel Lirola a bien du mal à trouver sa place. A tel point qu’on ne reconnaît plus le joueur débordant d’énergie de la saison dernière et de peut être commencer à douter de la pertinence de son recrutement visant davantage à satisfaire les supporters que le coach de l’OM. Et de nous faire au passage regretter l’échec des négociations avec Wass qui était sans doute le premier choix de Sampaoli. Lirola sera t il capable de s’adapter aux exigences de son entraîneur en deuxième partie de saison et de retrouver son punch d’antan ? A moins que l’arrivée éventuelle d’un latéral gauche du même profil que Pol ne permette à Sampaoli de changer parfois son système de jeu selon l’adversaire et les circonstances.

Jordan Amavi :🏖️ Arriver à se faire prolonger quatre ans avec un salaire d’environ 300000 euros mensuels alors qu’on sort d’une saison entachée de quatre mois d’absence pour blessure, qu’on a réussi à être performant deux fois six mois depuis son arrivée au club en 2017 et qu’on a un entraîneur qui ne compte absolument pas sur vous dans son système de jeu, telle est la prouesse réalisée cet été par Amavi avec la complicité du senōr Don Pablo. Un mystère jusqu’ici toujours irrésolu. Le casse du siècle, bien plus fort que Spaggiari et El Professor réunis. Sea, sex and Sun pour Jordan. Même s’il n’avait peut être pas d’autres options, retourner à Nice faire des courbettes aux ultras niçois dont on connaît le penchant pour les bras tendus et le lynchage de joueurs marseillais en dit long sur sa mentalité et son attachement à l’OM.

Les hybrides :

Rongier : 🌤️En difficulté l’an dernier et snobé par Sampaoli cet été, Valentin s’est fait un malin plaisir à montrer qu’il avait bel et bien les qualités pour se faire une place dans le onze olympien malgré la concurrence grâce à sa polyvalence, à son état d’esprit collectif et à son sens de l’adaptation tactique. Repositionné à un poste hybride de latéral en phase défensive et milieu en phase offensive, il s’en sort pour le moment plutôt bien même si offensivement son apport reste très limité. Finalement ce rôle de couteau suisse qu’il a récupéré presque par hasard lui va quasiment comme un gant. Dommage qu’il ne soit toujours pas capable d’apporter plus de profondeur en attaque et de cadrer une frappe.

Les milieux :

Bouba Kamara :☀️🌪️La croisée des chemins approche. Le temps sera t’il radieux ou tempétueux dans la relation qui le lie à notre club ? Les performances, bien que statistiquement bonnes, commencent à être impactée par l’inconnu, l’indécision et un début de défiance. Bouba, pour toi, pour nous, pour le club, il faut faire un choix au plus vite, car seul un Kamara bien dans sa tête, peut nous aider à atteindre les objectifs d’une « saison rampe de lancement » pour les 2 ou 3 ans à venir. Pour toi, pour nous, pour le club…

Gueye : 🌧️ Alors qu’on espérait qu’il poursuive sa progression cette saison pour en faire à terme le successeur de Kamara dont le départ paraît aujourd’hui inévitable, Pape Gueye s’est pris ses grandes jambes dans le tapis vert au point de constituer une légitime déception pour les supporters. Utilisé a plusieurs postes par Sampaoli, il n’est jamais parvenu à donner la pleine mesure de son potentiel et son temps de jeu s’est progressivement réduit. Pourtant, il a déjà prouvé par le passé qu’il pouvait être excellent dans un rôle de sentinelle, poste auquel son impact physique fait merveille. Il lui fallait encore progresser dans l’utilisation du ballon en prenant exemple sur certains de ses coéquipiers, mais on sentait qu’il en avait sous la pédale pour s’imposer peu à peu comme un joueur majeur de l’OM. Quid également de sa suspension par la FiFa ? Si cette sanction se confirme, cela pourrait mettre Gueye sur la touche un bon moment et constituer une belle épine dans le pied du club.

Guendouzi :☀️🌈 Sans nul doute LE bon coup de l’intersaison, LA révélation ou plutôt LA confirmation d’un joueur qui est parti trop tôt s’enterrer chez les grands bretons…
Passant de Mafalda à Samson, de Schultes à Earth Wind and Fire, de par sa fougue, son abattage et ses placements il est devenu le métronome de l’équipe olympienne. Le Bryan MAY du football aura définitivement séduit les sceptiques… Se positionnant en un capitaine en devenir du club ?

Gerson : ☁️ Il a débarqué avec la lourde étiquette du joueur au montant de transfert mirobolant vu le budget restreint du mercato. Une période d’adaptation difficile à la ligue 1 et au foot français. Perdu sur le terrain puis secoué par Guendouzi, il a montré sur quelques occasions que son cas n’était pas désespéré. Lent mais technique, il ne peut que monter en régime sur la deuxième partie de saison. Joueur professionnel et d’une hygiène de vie à priori sans reproche, il a le caractère pour réussir à l’OM. Il faut maintenant faire abstraction du montant du transfert et l’encourager pour la suite. Au final, joueur prometteur mais doit vite se mettre au niveau du foot européen.

Harit : 🌦️Derrière l’épais nuage d’un flou artistique fait de grigri, de touches de balles superflus ou de choix de passes contestables, on sent bien malgré tout que des rayons de soleil peuvent percer et illuminer la pelouse d’une lumière quasi géniale. Encore faudrait-il que le garçon puisse bénéficier d’un peu plus de temps de jeu, à un poste récurrent.Mais là c’est portion congrue et positionnement aléatoire à souhait…Accroche toi minot, ça peut venir. Le Dim aura besoin de souffler et le coach va finir par prendre son traitement.

Les attaquants :

Payet :☀️☀️☀️ L’homme indispensable et irremplaçable de l’animation offensive. Cette saison, il a décidé de jouer à temps plein. Il nous régale par ses gestes techniques et autres passes d’une précision d’orfèvre. C’est lui le leader du groupe sur et en dehors du terrain. Il prend les coups de bouteille et autres projectiles mais en retour il y va de ses coups de gueule pour défendre les quelques valeurs restantes du foot moderne. Reste la question du physique pour enchaîner les matchs de championnat, de coupe de France et de la conférence league. Coeur sur toi Dim.

Under : ☀️ Lorsqu’il n’est pas blessé, mis côté gauche ou associé au fantôme de Lirola, le turc aura montré de belles choses. Enfin surtout en début de saison puisqu’il semble craindre l’hiver comme le Payet des cavernes. Paraît qu’il est même bon en sélection mais on s’en bats les couilles… L’un des rares joueurs capables de débloquer un match par une passe décisive ou un but. Et son pied gauche de velours capable de décocher la foudre.

Konrad de la Fuente : 🌦️ Il est sorti de la pouponnière de Barcelone pour venir se frotter aux rudes défenses de ligue 1. Profitant de son profil incognito, il a réussit un début de saison sur les chapeaux de roue à l’image de l’équipe. Tous les observateurs étaient emballés par cette nouvelle recrue, considérée comme un « bon coup » mercato. Malheureusement le soleil a vite été caché par les gros nuages gris. Son jeu trop stéréotypé l’a vite desservi et envoyé sur le banc des remplaçants. Il peut encore espérer du temps de jeu vu le nombre de matchs restant mais dans un rôle de supersub. Maintenant, on comprend pourquoi, il était en réserve en Espagne. C’est encore un joueur en post formation et cette nouvelle expérience Marseillaise lui sera sûrement bénéfique pour la suite de sa carrière chez nous ou ailleurs. A lui de prouver que les espoirs mis en lui ne seront pas vains.

Luis Henrique : 🌧️ Première partie de saison fantomatique, joueur à l’aise à gauche ? Non. A droite ? Non. Ah si, il a réussi l’exploit de faire une passe décisive en Alsace et de marquer son premier but avec l’OM contre l’ogre Cannet Rocheville. Énorme le mec !!!!!!! Par contre dans son rôle d’accompagnateur pour l’acclimatation de ses compatriotes Gerson et Luan Peres, il est plutôt performant.
Manque de travail ou arnaque ? Le Mbappe brésilien, ah ah ah !!!!!!, mdr, j’en ai mal aux côtes. De grosses lacunes, doit se ressaisir et très très vite.

Milik : 🌤️❄️ Il souffle le chaud et le froid.
Notre Terminator T-800 qui n’est que l’ombre de lui même, s’est transformé en Wall-E, pire en No-no le petit robot (pour les vieilles croûtes nostalgiques d’Ulysse31).
Convalescence prolongée et chronique pour certains, démotivation sampaolesque extrême pour d’autres, mal utilisé dans ce système génial du savant fou argentin, chacun avance la raison de son rendement… A moins que ce ne soient les 3 cumulés… Le public mérite une autre prestation du poil au nez…

Dieng : 🌤️ Arrivé sur la pointe des pieds au club, expert en vendanges comme en coup d’éclat, il a prouvé qu’il a une grande marge de progression. Comme l’expression populaire le veut, c’est une pépite à polire. Il a brillé sur le terrain de la principauté puis est retourné dans l’ombre. Il aura fallu qu’il marque un but d’anthologie chez les mangeurs de choucroute pour retourner l’opinion et être sélectionné en équipe nationale pour participer à la CAN. Doit continuer les efforts en deuxième partie de saison et ne pas rester sur ses acquis. Allez hop !!!!!! On travaille les contrôles (avec les pieds, la poitrine, ça va, c’est pas trop mal) et les frappes de balle (cadrées bien sur).

Le coach :

Sampaoli: ☀️🌤️🌧️⛈️L’argentin a placé notre club sur le podium de la L1, et à cet égard, le bilan brille d’un ensoleillement qui plaide en sa faveur.
Mais…une arrivée anticipée en fin de saison dernière aurait dû lui éviter les tâtonnements du début de celle ci, tant au niveau style de jeu, qu’au niveau recrutement, prolongation, et utilisation des joueurs à sa disposition.
Néanmoins, il semble s’approcher d’un équilibre digne d’un temps variable.
Mais…L’orage gronde quand il nous faut constater que notre équipe ne peut proposer trois systèmes de jeu différents après 10 mois de travail. Pour s’adapter aux différents types d’adversaires que la saison nous propose, cela serait aussi utile qu’un parapluie par temps humide…Non ?

Par l’équipe de l’om@l’apero.

Publié par guigslamangouste

Citoyen du monde, accroc depuis au moins 30 ans à l'OM. Ce club représente pour moi un concentré d'émotions irrationnelles. Un vecteur de rassemblement par delà toutes les origines, classes sociales ou frontières. Collectivement on va toujours plus loin que seul.

3 commentaires sur « Le BarOMètre de mi-saison. »

Répondre à gui l'homme idéal Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :