Le livre de Sampa Fett (feat. Nice-OM.)

Dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Comme un épisode de la série actuellement consacrée au légendaire chasseur de prime de Star Wars, l’OM de Sampaoli a rendu une copie infâme à Nice dans un match couperet susceptible de lui ouvrir une voie royale vers le stade de France. Et potentiellement vers un titre depuis trop longtemps attendu.

Casting foireux, montage au scalpel, jeu d’acteurs approximatif, scénario tenant sur un timbre poste, décors en carton, costumes digne d’une convention Cosplay à Roubaix, enjeux bâclés, tension inexistante…tous les ingrédients pour faire d’un potentiel blockbuster badass une série Z de pacotille ont été réunis par le metteur en scène argentin. Une réalisation digne d’un Robert Rodriguez sous prozac.

En tant que spectateur on se demande encore ce qui peut bien nous pousser à s’infliger un tel supplice pendant 1h30…

Les passes de Rongier ? Aussi précises qu’un tir au blaster dans une ruelle poussiéreuse de Mos Espa. Luan Peres, Saliba et Balerdi ? Pathétiques comme un trio d’ados boutonneux modifiés en Power Rangers faisant un rodéo sur leurs Vespas fluos de l’espace. DCC ? Aussi agressif qu’un vieux Wookie paraplégique en pleine descente d’organes. Les réflexes de Pau Lopez ? Lents et hachés telle l’animation de l’adorable Grogu. Payet ? Lourd et encombrant comme l’apparition d’un Rancor en CGI censé servir de climax pour sauver les gentils juste au bon moment. Gerson ? Aussi tranchant et efficace qu’un sabre noir en mousse face au bouclier infranchissable d’un droïde scorpion. Milik ? Classieux mais sans aucune utilité sur le scénario du match comme le retour du redoutable Cad Bane.

Mais celui que tout le monde attendait c’était le héro présumé du show, à la fois acteur et réalisateur : l’impitoyable Sampa Fett et son armure supposément létale en bescar. Hélas, dès le générique, on s’est très vite rendu compte que de héro à zéro il n’y a qu’un tout petit pas de Gamorréen. Pas au niveau de l’événement, passant plus de temps à hurler sur les techniciens qu’à diriger ses acteurs, il n’aurait définitivement jamais dû enlever son casque. En dessous se cache visiblement un cerveau tout ramolli qui ne fait plus peur à personne. Complètement à côté de la plaque du début à la fin du game, il s’est fait voler la vedette de sa propre série par le Mandalorian de Nice. Comme cela c’était déjà produit avec celui de Lyon, celui de Brest, celui de Lille, celui de Lens ou encore celui d’Istanbul.

Aujourd’hui, nos pupilles encore meurtries par le « spectacle » made in Disney proposé, on n’a qu’une seule envie : le renvoyer pourrir au plus vite dans les entrailles du Sarlaac, d’où il aurait mieux fait de ne jamais sortir. Et même si brûler des livres c’est pas beau, sauf dans Fahrenheit 451, celui-ci ne mérite rien de mieux que de finir attaché à un cyprès réduit en cendres par son propre lance flamme. Telle est la voie.

Ndlr chapitre 1 : Merci @cirillaodomassilia pour le montage digne des FX de Pixar dans Toys Story.

Ndlr chapître 2 : Spéciale dédicace aux potos @anakin999 et @darkranger6969

Publié par guigslamangouste

Citoyen du monde, accroc depuis au moins 30 ans à l'OM. Ce club représente pour moi un concentré d'émotions irrationnelles. Un vecteur de rassemblement par delà toutes les origines, classes sociales ou frontières. Collectivement on va toujours plus loin que seul.

5 commentaires sur « Le livre de Sampa Fett (feat. Nice-OM.) »

  1. Je suis un peu sadomaso mais franchement au 3ème but, j’ai zappé. Insupportable !!!!!!! Sympathique article. Un vrai defouloir humoristique.

    C’est le chat qui va être content de ne pas prendre un coup de pied.
    HS : Zouma, tu es un sale con.

    Aimé par 3 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :