Nalise à froid (mouillé): BREST 1, OM 1

2e journée de Ligue 1 AULNASSER EATINGDICKS

A l’attention de nos lecteurs : le rédacteur titulaire ayant décidé de se lancer dans une nouvelle carrière lyrique (#billycorgancagoulé), c’est votre humble et dévoué serviteur qui s’y colle, au sens sale.

1 – L’ENVIRONNEMENT

Le Stade Francis-Le-Blé (appelé affectueusement « Leblésodrome » par les 39 abonnés locaux) ne possède pas une pelouse digne d’accueillir les chausses d’Alexis, et pourtant on a joué dessus. A Lorient, non. A Ajaccio et à Brest, oui. Une tribune champêtre, pour pas dire une tribune de bouseux, un kop de 39 personnes, donc, qui passe le match dos au « spectacle », soit pour faire genre, soit parce que c’est moche, soit pour vomir collectivement. Et cette bruine, ce crachin, cette glav, comme on dit là-bas, devraient au-to-ma-ti-que-ment occasionner l’annulation de la partie. Nenni. Et ça, c’est pas chouette pour nos gladiateurs dont les armures ne brillent d’habitude qu’au soleil de Provence-Rogé-Cavaillès.

2 – LES COMPOS, LES SCHéMAS ET L’ARBITRE

Tudor reconduira le onze vainqueur de Reims (4-1), une semaine auparavant au Vél’, soit par amour de la stabilité, soit par manque d’imagination (rayez la mention inutile). Igor aimer bloc bas, Igor aimer subir, entendra-t-on dans la semaine en conférence de presse ; Igor a été servi. En face Michel-Gilles Der Zakarian-Lellouche concocte un 4-3-3 en rupture avec son 4-4-2 perdant à Lens (2-3), avec notamment l’excellent Franck Honnorat à l’aile droite ; grand bien lui en fera, ce système contrariera fortement le 3-4-2-1 Tudorien, on en reparlera (si j’ai le temps). M. Stinat, un illustre inconnu, officiera dans le bourbier finistérien : un bilan mitigé, beaucoup de cartons, un pénalty sur Guendouzi oublié à la 66e (qui aurait pu être un tournant, of course), mais pas de partialité ou de sanctions scandaleuses au final.

3 – LE MACHTE (oui, LE MACH-TE)

https://www.lephoceen.fr/live/brest-om-en-direct-live-1746

Merci à notre partenaire Le Phocéen pour ce live-texte toujours aussi bien écrit et emprunt d’objectivité.

4 – LA PAUSE FRAICHEUR

5 – LA NALISE DU RéDAC’ CHEF

Bon, pour résumer, pour le moment : on a deux gardiens moyens-bons qui vont se tirer la bourre toute la saison, une charnière où il manque un taulier, peu complémentaire, et avec un déficit criant dans la relance ; deux milieux axiaux qui alternent le bon et le moins bon mais qui sont vite dépassés lorsqu’ils sont mis sous pression et que l’adversaire est en supériorité numérique dans cette zone du terrain (respire) ; deux pistons qui donnent satisfaction individuellement mais laissent des boulevards dans leur dos en phase défensive (en espérant des doublures crédibles parce que si l’un ou l’autre se blesse c’est le néant dans l’animation offensive) ; un trio d’attaque qui crée peut de danger pour l’adversaire et ne parvient pas vraiment à combiner ensemble, un avant centre complètement hors du coup qui ne pèse pas sur la défense et ne parvient jamais à se mettre dans le rythme du jeu pour se procurer des occasions. #yaduboulot

on s’est fait défoncer

Publié par anakin999

Caillolais (Marseillais de l'Est), 45 au compteur, papa, fan de l'OM et locataire du Vél depuis toujours. Oscille ses émois entre Tigana et Canto, les fils du village. Rédacteur inspiré des deux mamelles de la vie : l'OM et les mamelles (de la vie).

8 commentaires sur « Nalise à froid (mouillé): BREST 1, OM 1 »

  1. Oui enfin la pelouse….

    1) On a quand même quelques joueurs affreux qui ratent absolument tout (Ceux dont le prénom commencent par un C). Donc jouer à 9 contre 13, c’est simple pour personne….

    2) Je préfères les amoureux de Guardiola à ceux de Simeone… Parce qu’un entraineur qui aime Guardiola qui se plante, t’as la possession mais pas de but, le mec qui aime Simeone et qui se plante, non seulement t’as pas de jeu (Simeone c’est affreux à regarder), mais t’as pas de défense pour tenir le 1-0, salir le jeu et verrouiller le match (Vertu de notre ami Diego).

    3) Notre entraineur disait qu’il aimaient voir les joueurs courir plutôt qu’avoir la balle (j’invente rien, c’est ses propos). OK. On court beaucoup, super (dans le vide mais bon), et si les adversaire comprennent notre tactique tellement prévisible et bloque nos pistons, ça va pas être simple non plus ! (Quel con a donné la video à nos adversaire ?)

    4) J’ai pas reconnu nos joueurs… Avant ils jouaient au foot, maintenant, ils courrent…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :