Feu et sang.

Il y a des soirs où le football nous transporte dans un univers fantastique, empli de magie et d’étrange. Il y a des soirs où flotte dans l’air un parfum de sel et d’embruns. Un parfum qui donne de la vaillance aux coeurs et de l’espoir aux âmes de toute une ville, de tout un peuple. Il y a des soirs de fièvre où le stade se change en arène. Des soirs où l’entrée du tunnel devient un long couloir obscur, interminable, où se lit déjà dans les regards qui se croisent et se défient la crainte face à la détermination sans faille. Il y a des soirs où le fracas des chants se répondent d’un virage à l’autre des tribunes, où les drapeaux flottent au vent, où les tifos se déploient au dessus des têtes, où les fumigènes éclairent la nuit étoilée et transforment l’atmosphère d’une rencontre avant même le coup d’envoi. Il y a des soirs où la sueur perle sur les fronts, où le palpitant s’emballe à chaque action, où le temps suspend son vol puis s’accélère subitement selon les circonstances du match. Il y a des soirs pour l’improbable. Il y a des soirs pour l’impossible. Il y a des soirs pour un exploit qui ajoute une ligne de plus à la légende. Il y a des soirs pour les héros inattendus, des soirs pour les talentueux, des soirs pour les revanchards, des soirs pour les valeureux qui oeuvrent dans l’ombre à la réussite de tout un collectif. Il y a des soirs où rien de mauvais ne peut arriver, où le pire n’est pas une option. Des soirs de chance et des soirs où la réussite sourit aux audacieux. Il y a des soirs d’explosion finale, de jouissance, de libération, d’effusions de joie, d’enlacements, de liesse populaire, de ferveur fraternelle. Des soirs d’émotions insondables et des soirs de souvenirs à jamais gravés dans les mémoires. Il y a des soirs comme ça, où l’irrationnel frappe à nos portes et s’invite dans nos cœurs sans prévenir.

Ce soir l’OM a rendez vous avec son histoire, son présent et son futur. Et pourtant, quelle que soit l’issue de la bataille qui s’annonce, tout sera différent et tout sera semblable. Ce soir nous attendons que ce soit notre soir. Un soir de victoire.

Publié par guigslamangouste

Citoyen du monde, accroc depuis au moins 30 ans à l'OM. Ce club représente pour moi un concentré d'émotions irrationnelles. Un vecteur de rassemblement par delà toutes les origines, classes sociales ou frontières. Collectivement on va toujours plus loin que seul.

5 commentaires sur « Feu et sang. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :