Nuno « Mars' » Tavares – Uptown Funk

Il est chaud, Nuno, tout feu tout flamme ! Chaud comme un hiver déréglé, que l’on passe en tee shirt. Chaud comme un début de saison, et des filets violentés par ses frappes. Chaud comme un personnage de Marvel, Johnny Storm, the Human Torch aux pouvoirs fantastiques. Chaud comme de la braise: tu me pousses, je te baise ! Chaud comme Marseille, dixit une chanson d’Akhenaton, Les bad boys de Marseille…

Il est chaud, Nuno, avant de pénétrer le stade de la Mosson. Son pied tape la pelouse, sa main tape sur sa cuisse. Le beat est dans la tête, et il a envie de se déhancher, et de se mettre à danser pour enflammer le match comme on enflamme une piste de dance ou une salle de concert. C’est lui le beat-human-box. Et il chante pour lui- même:

« I’m too hot (hot damn), Called a police and a fireman,

I’m too hot (hot damn), Make a dragon wanna retire man

I’m too hot ( hot damn) Say my name you know who i am

I’m too hot ( hot damn) Am i bad ’bout that money

Break it down »

Il est chaud, Nuno, depuis la reprise de la saison. Il faut croire que les problèmes gastriques qui l’ont empêché de débuter jeudi, contre Toulouse, ont élevé la température de son âme. Il était déjà chaud pour fusiller le portier toulousain à bout portant. Hier, il était bouillant pour exploser la défense de Montpellier. Dans tous les sens du terme ! Et personne -aucun des deux entraîneurs du reste- si ce n’est l’arbitre, n’avait prévu d’extincteur.

« Girls hit your hallelujah (whuoo)

Girls hit your hallelujah (whuoo)

Girls hit your hallelujah (whuoo)

‘Cause uptown funk gon’ give it to you

‘Cause uptown funk gon’ give it to you

‘Cause uptown funk gon’ give it to you !

Dont believe me just watch! »

Il est chaud, Nuno. Pour récupérer le ballon après ce délicieux centre d’Under sur la tête de Veretout, que le gardien repousse sur lui. Plutôt que de reprendre instantanément, le gaucher se place, comme à son habitude, le ballon devant son pied droit, et d’une frappe sèche dans la lucarne, il crucifie les trois défenseurs et le gardien pailladin. Whuoo. Girls hit your hallelujah. Cela fait 1-0 dès le début de la deuxième mi-temps, et cela monte d’un coup le thermostat d’un match qui était jusque là glaçant d’ennui.

Il est chaud, Nuno, il est écarlate. Et cela continue de se sentir au fil de la rencontre. Dont believe me, just watch. Il y a les seconds rôles, et les joueurs charismatiques qui attrapent la lumière. Les joueurs tièdes aux prestations à peine réchauffées, et les joueurs en ébullition, Whuoo, qui finissent parfois par se cramer. Comme Tavares, qui préfère s’enfermer dans des dribbles dans la surface plutôt que de servir Bamba, démarqué. Forcément, à force de poussettes adverses, il finit par perdre le ballon. Et là, c’est comme la marmite contenant l’eau des pâtes qui se renverse sur la gueule. Etincelle, court-circuit, le grand incendie d’un coup de pied dans les jambes de Souquet. Jullien s’en mêle mais les autres joueurs les séparent avant que Nuno n’explose et que le grand défenseur de Montpellier ne rejoigne l’hôpital des grands brûlés. L’arbitre joue avec les cartons de couleurs chaudes, et notre showman regagne les vestiaires, 10 minutes avant les autres.

Peu importe. En dépit d’une sortie approximative de Pau Lopez, touché lui aussi par la « chaleur », l’OM gagnera la rencontre et s’offrira une quatrième victoire consécutive.

On raconte que Nuno, seul dans le vestiaire, continuait de chanter.

On raconte que Nuno, seul dans le vestiaire, continuait de danser sur Uptown Funk de Bruno Mars et Mark Ronson.

On raconte que les sièges claquaient des doigts et que les maillots volaient en rythme, dans un balai parfaitement exécuté. Les ballons se lançaient dans des chorégraphie insensées. Les bouteilles se retournaient, et les âmes, et les fantômes, bougeaient sensuellement les hanches et les fesses dans un twerk endiablé.

On raconte qu’il était chaud Nuno. Et qu’il était prêt à mettre l’ambiance et à enflammer le car, comme toujours, au retour, jusqu’au bout de la nuit . Don’t believe me, just watch!!!!

7 commentaires sur « Nuno « Mars' » Tavares – Uptown Funk »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :