Avant match. Troyes-OM. La règle de trois.

L’état de forme des protagonistes :

Même si la qualification en Conférence League face à Qarabag a un peu fait retomber les tensions autour du club, l’OM se présente en terre auboise les joues encore rosies par la claque subie face à Clermont au stade Vélodrome. Cette défaite méritée, au terme d’une prestation indigne face à un adversaire valeureux mais limité, interroge sur la capacité des hommes de Sampaoli à maintenir le cap vers l’objectif podium. Des doutes qu’il va falloir lever dès cet après midi alors que l’OM s’apprête à négocier un mois de mars compliqué avec les réceptions de Monaco et de Nice notamment. Tout autre résultat qu’une victoire aujourd’hui serait considéré comme une contre performance et remettrait les olympiens sous pression, alors que le souffle de ses poursuivants se fait de plus en plus pressant dans son dos.

Dix septième de Ligue 1, Troyes reste lui aussi sur deux gifles reçues à Brest et à Rennes en championnat (1-5 et 1-4) et compte actuellement le même nombre de points que les trois équipes en position de relégables Lorient, Metz et Bordeaux. Autant dire que les troyens vont très vite devoir se ressaisir s’ils veulent reprendre un peu d’air au classement. Ce match peut être une belle occasion pour eux de se relancer en vue du maintien.

Les antécédents récents :

Au match aller il avait fallu un but de Pol Lirola sur un service de Payet pour permettre à l’OM de s’imposer (1-0). Un match au cours duquel les olympiens n’avaient pas vraiment été mis en danger par leur adversaire, mais où ils avaient éprouvé beaucoup de difficultés à se créer des occasions malgré la présence combinée de Payet et Milik au coup d’envoi. Le polonais avait d’ailleurs manqué un face à face avec le gardien aubois sur une magnifique mise en orbite de son coéquipier.

Les coachs :

Relancé une nouvelle fois sur le sujet de la cohabitation entre Payet et Milik, Sampaoli a encore insisté en conférence de presse sur le fait qu’il donnait priorité à l’équilibre collectif de son équipe avant de penser aux individualités qui le compose. Il a également reconnu être toujours en recherche de la meilleure formule pour intégrer ses deux joueurs majeurs à son onze sans risquer de mettre ce collectif en péril. Une façon pour lui de remettre l’église au centre du village et d’essayer de calmer les manifestations de mécontentement qui sont apparues dernièrement au grand jour chez ces deux joueurs. Oui Sampaoli fait des choix qui peuvent apparaître clivants et être contestés, mais il les expliquent, les assument et les prends dans un objectif bien précis en lien avec ce qu’il attend aujourd’hui de son équipe. Quitte à faire des mécontents chez ses joueurs ou chez les supporters. « Je sais qu’après un mauvais résultat, on se demandera pourquoi je n’ai pas mis tel ou tel joueur. Dans ma tête je ne pense pas à un seul joueur, mais à un fonctionnement global. Je sais que je ne peux pas être d’accord avec tout le monde, mais j’essaye de faire un travail de manière honnête et professionnelle, avec le respect de l’endroit où je suis. Il y a une relation de compatibilité et de relation à avoir entre les joueurs pour que l’équipe soit le plus fluide possible. Il y a des joueurs qui récupèrent le ballon après seulement trois secondes et d’autres qui ne le font pas du tout. Tout cela a une influence sur le jeu qu’on veut avoir. On essaye de tous travailler sur ça pour être tous unis derrière le même objectif. » Seuls les résultats diront au final s’il a eu raison ou pas dans ses décisions.

Pour sa part, Bruno Irles a pris les rênes de son équipe récemment en remplacement de Laurent Battles. Et le moins que l’on puisse dire si on se fie aux derniers résultats du club troyen c’est que le nouvel entraîneur cherche toujours ses marques. Il est sans doute plus facile de coacher Pau et Quevilly ou de donner des avis éclairés sur les plateaux de Canal Plus que de réussir une mission commando pour sauver de la relégation le club satellite français du City Groupe. Le jeune entraîneur prévoit en tous cas une bataille tactique face à son homologue marseillais : « Sampaoli a cette flexibilité entre la phase offensive et la phase défensive. Il sait comment poser des problèmes à ses adversaires et on l’a encore vu contre Qarabag. J’ai analysé sa façon de faire même si c’est vrai qu’il n’est pas super lisible vu qu’il s’adapte à son adversaire. Dans la réflexion, il faut se dire : ‘qu’est-ce qu’il va penser en me regardant jouer’. C’est un jeu d’échecs ». Battles of Troyes.

Les effectifs :

Les olympiens se présentent presque au complet à l’exception du forfait de Balerdi. Sampaoli devrait logiquement être tenté de faire une nouvelle fois tourner son onze de départ pour redonner du temps de jeu à certains joueurs et faire souffler ceux qui en ont besoin après le long déplacement de jeudi en Azerbaïdjan. Comme d’habitude deviner la bonne compo de départ de Sampaoli est une gageure, même pour nos spécialistes diplômés es football. Alors retour à la bonne vieille méthode : plouf, plouf, plouf…ce sera toi qui sera titulaire…

Côté Troyen, on observera surtout les retrouvailles chaleureuses entre Rami et son ancien club. Visiblement, celui qui coulerait désormais des jours heureux avec Michèle Laroque n’a pas été rappelé pour la nouvelle saison de Fort Boyard et ça c’est plutôt une bonne nouvelle. Sinon, il faudra aussi surveiller Tardieu, Baldé et Ugbo qui peuvent poser des problèmes aux olympiens. Notre indic aubois qu’ivoirien « Arnom les bons tuyaux » nous signale également que Kouame est un bon joueur. On le croit sur parole.

Les enjeux olympiens de la rencontre :

-Concrétiser notre plan à Troyes, empocher les trois points et reprendre trois unités d’avance sur Nice au classement.

-Reussir l’enchaînement périlleux Coupe d’Europe-Championnat. Et l’enchaînement culinaire ultra périlleux kuku-andouillette.

-Preserver la sérénité autour du club et de l’équipe après quelques turbulences en attendant les prochaines confrontations avec nos adversaires directs pour le podium. #legroupevitbieng.

-Offrir un beau dimanche à tous les supporters de l’OM, et une spéciale dédicace aux Trolls de Troyes.

Publié par guigslamangouste

Citoyen du monde, accroc depuis au moins 30 ans à l'OM. Ce club représente pour moi un concentré d'émotions irrationnelles. Un vecteur de rassemblement par delà toutes les origines, classes sociales ou frontières. Collectivement on va toujours plus loin que seul.

3 commentaires sur « Avant match. Troyes-OM. La règle de trois. »

Répondre à 1autresvp Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :