L’essentiel

OM 1- Caribou 1

C’est une pub pour une marque de produits laitiers qui a marqué notre enfance, et que les Nuls avaient merveilleusement parodiée.

Un gamin s’avance vers Tudor, en train de lire le journal:

-Papa, c est quoi ce match raté ?

(pas de réponse)

– Papa, c’est quoi ce match raté ?

(pas de réponse)

– Papa, comment on fait pour marquer?

Aussitôt Tudor, mal à l’aise, réagit à la question incongrue du sale gosse.

– Ça, c est Tavares, et ça c est les coups de pieds arrêtés. Si le premier tire à côté, c’est pas grave, tu auras toujours un coup de pied arrêté. Bon, vu la manière dont on joue les coups francs depuis plusieurs matchs, et comme il faut entrer dans la surface pour obtenir un penalty, on ne peut compter que sur les corners, mais de temps à autres, cela peut marcher pour égaliser…

L’essentiel est dans la non défaite!

Voilà tout ce qu on peut dire sur ce match compliqué, entre 2 européens défaits cette semaine, et 48h de récupération en plus.

Bon, les 48h de recup, je n en est pas vu beaucoup la retenir pour nous l’année dernière. Donc, pour qu’un argument soit recevable, il faut qu’il puisse aussi être opposable à tous.

Donc, la Genèse avait parfaitement analysé la prestation des chevaliers teutonniques au Vel mardi soir, et se presentait avec un milieu densifié, et des prises à 2 sur nos pistons qui coupaient toute communication avec le reste du groupe.

Moralité, un début de match où nos milieux étaient étouffés, couplé à une maladresse technique, et des ballons que l’on s’évertuait à rendre aux rennais dès qu’on les récupérait… La générosité a ses limites auxquels nous ne voulions pas être confrontées, puisqu ‘on finissait même par marquer contre notre camps, G12 détournant sur Pau Lopez, qui détournait dans ses filets, à la 25* minute.

Les 20 minutes restantes, nous continuions de nous amuser à deviner dans quelle direction improbable le ballon pourrait bien se promener. Suspens…

Mi-temps, enfin. Enfin 15 minutes de distraction pour me sortir de ce mortel ennuie dans lequel je m’endormais. La tenue de Mandanda était propre et belle; il n’avait même pas eu à trop plonger pour ce qui ressemblait plus à son jubilé qu’à une opportunité de terminer en tête en fin de journée.

Notre générosité est sans limite, donc, je disais.

Heureusement, Igor pas aimer générosité. Igor pas aimer caresser caribou breton, et Igor expliquer football avec dents et poings.

On revint donc sur le terrain avec de meilleures intentions, comme par exemple l’intention de ne pas se faire écarteler

Un but sur corner de Guendouzi, comme expliqué au petit dejeuner, à la 52*, suivi pendant 20 minutes d’une pression relative mise sur la defense bétonne, et d’une succession d’actions pas très bien emmenées et très mal terminées.

De nouveau, un gong. Les défenseurs bretons se tapent la tête entre eux et c’est nous qui sommes sonnés. Igor fait des changements comme on emporte avec soi un mystère, et nous dîmes bonjour à Dimitri et adieu à la dangerosité.

20 minutes à tenir caché dans une fin de match hachée. Un point de sauvé. L’honneur est sauf et l’invincibilité préservée. C’est l’essentiel, et tout ce qu’on pourra retenir de ce match nul.

Un point contre les bretons, ce n’est pas non plus une catastrophe. 20 points sur 24, cela reste un succès: le besoin de consolation de l’être humain est impossible à rassasier.

5 commentaires sur « L’essentiel »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :